Le coeur au bord des lèvres.

C’est une si belle expression ! C’est une si désagréable sensation !

Jusque là, ça allait. En ce qui concernait les symptômes de grossesse, j’étais relayée au rang des mamans chanceuses, celles qui ne ressentaient que quelques tiraillements de temps en temps et qui se touchent les seins toute la journée parce qu’elles n’en reviennent pas d’avoir une poitrine aussi sexy.

Mais depuis 4 jours, je fais l’expérience des « petits maux de grossesse » comme disent les livres. (entre nous, je pense que ces livres sont écrits par des hippies en  chemises hawaïennes, tout est rose, tout est beau… tu gerbes? houawww c’est cooool !)

Quoi? sous prétexte que je pouvais enfin être rassurée, que le shtroumpf était bien parti pour s’implanter pendant quelques mois, que j’avais une petite semaine à moi pour me faire plaisir et me reposer, on me punit encore?

Faut croire que ça ne s’arrêtera jamais. (Mais Marge disait « tu es une femme, tu peux contenir ta rage toute ta vie ») Ainsi, j’ai en quelques jours, découvert « les nausées matinales ». En terme Hippies, je traduis, ça veut dire que tu as envie de vomir, juste après ton petit déjeuner (vers 9h) et que ça ne va s’arrêter qu’en « fin de matinée », c’est-à-dire vers 16h si tu as de la chance…

Alors tu salives, tu es vaseuse, tu essayes de t’occuper pour ne pas y penser, tu manges un peu toute les 2h pour calmer le phénomène, tu essayes le gingembre, l’eau citronnée, l’homéopathie… mais les hormones sont plus fortes que toi !

Enfin pour finir dans le sensuel glamour de la jeune femme enceinte, je suis devenue « miss pétomane » et je maitrise l’art du rot à la perfection ! je ne pensais pas contenir autant d’air en moi… c’est un mystère. Les Hippies disent que c’est normal, que ça fait partie des « joies » de la grossesse…

alors je me dis, vivement Novembre, j’aurais passé le premier trimestre, je serais enfin libérée… puis je réfléchie et je me dis que non, après vient la prise de poids, les fringues trop petites… bon vivement le troisième trimestre alors ? ha ben non, là t’es une baleine, échouée sur le canapé, bonne à rien…

dans ce cas, vivement l’accouchement !!!

T’es sûre ?

Publicités

2 réflexions sur “Le coeur au bord des lèvres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s