J’ai mal au Bébé…

Vais-je encore effrayer les « futures » jeunes mamans avec mes jérémiades de demi cachalot mal dans sa peau de baleine ?

AVERTISSEMENT : Si toi, jeune femme épanouie, curieuse de lire les impressions des futures mères en panique afin de te rassurer sur ce qui, potentiellement t’attend d’ici peu, passe ton chemin ou cours lire celles qui « aime » la grossesse ou qui ont encore assez d’humour pour te faire rire de nos bobos.

L’heure de la plainte gémissante a sonnée, le temps des angoisses va s’étaler là, … encore… Mais si je ne peux pas être tout à fait honnête ici, vraie, sans fard, où le serais-je ? J’ai bien tenté ces exquises révélations auprès de ma mère, mais c’était une assez mauvaise idée. Ma Grenouille semble ne pas savoir ce qu’il faut faire, mes copines restent désemparées, voire inquiètes…

Cela dit, je ne cherche pas de solution, je la connais la solution : l’accouchement.

… S’armer de patience…

Alors pardonnez-moi, mais je déteste la grossesse ! Porter un enfant était une de mes plus vives angoisses lorsque j’étais encore une très jeune femme et je pensais qu’il suffisait de s’y mettre pour que ça passe. Non. Il ne se passe presque pas un seul jour sans que j’en pleure… La nuit ou sous la douche ou en cachette pour ne pas alarmer ma Grenouille ou mes proches. Je pleure parce que j’ai mal. J’ai mal physiquement, au dos chaque fois que je dois me baisser pour ranger ou ramasser quelque chose, au pubis… oui dès que je me lève de ma chaise pour marcher ou monter les escaliers j’ai l’impression qu’on m’arrache le sexe (sexe qui au passage, ne me sert plus à grand chose sinon informer le gynéco de l’état de mon col…), au plexus, parce que le muscle qui s’accroche aux côtes et qui descend dans l’aine a du mal à se détendre à la même cadence que mon ventre qui lui n’a aucune peine à grossir. Quand à 4h30 du matin, le sommeil s’enfuit et capitule sous les élancements alors oui, fatigue aidant, les larmes coulent toutes seules…

Si seulement il n’y avait que cela… mais j’ai la nostalgie du ventre plat, des cuisses sans cellulites, de la culotte sèche (périnée quand tu déconnes…), des randos photo, des trajets en voiture pour aller voir les copains… Et j’ai l’angoisse du corps étranger qui s’agite. J’adore sentir mon bébé bouger et la seconde d’après, je me sens très mal à l’aise. Même si ce bébé est le mien, je suis effrayée à l’idée qu’un petit être vivant occupe mon espace vital intérieur… J’en suis angoissée à en pleurer… c’est dire !

Alors j’attends l’accouchement avec un peu d’impatience, comme une délivrance. Reste 4 mois à tenir et tenir bon…

Désolée pour la déprime… ha ben non, même pas !

Publicités

15 réflexions sur “J’ai mal au Bébé…

  1. Courage petit bidon et appuies toi sur ta Grenouille, je suis toujours surprise de constater à quel point en cette période particulière pour nous les nanas ils savent nous rassurer et nous soutenir!

  2. ho mais t’excuse pas ma toute belle, c’est ton blog, tu fais et dis ce que tu veux dediou !
    je suis toute tristoune que ce soit si dur à supporter. J’ai pas d’expérience dans le domaine mais si ça peut te rassurer (ou pas en fait !) ma belle-soeur a détesté être enceinte… ça ne l’empêche pas d’être une mère adorable et d’en avoir fait 2 ! ;o)
    Mais c’est sur que 9 mois c’est un peu long, surtout que c’est en permanence. Je sais pas trop quoi te dire, malheureusement il n’y a pas beaucoup de solution, il faut patienter…
    Bon courage ma toute belle et gros gros bisous !

    • un peu que je fais ce que je veux huhu. c’est rassurant de voir qu’on n’est pas seule à ne pas aimer être enceinte sans pour autant être une mauvaise mère. Merci ma puce.

  3. Courage Chuchu.

    C’est la première fois que j’écris ici. je ne suis ni maman, ni enceinte (mais je dois bien avouer que j’y travaille).
    Pourtant tes angoisses, les péripéties de ta grossesse (drôles et moins drôles), ce que tu veux bien nous raconter me touche, parce qu’avant-même de vivre tout cela, tout me fait peur, moi aussi. Alors tu exorcises sûrement pour toi même sur ce blog, mais tu apaises aussi la lectrice que je suis en formulant ouvertement les choses. Pour cela merci.

    Ça ne va sans doute pas atténuer tes douleurs ni te réconforter, mais dis toi, qu’à l’autre bout du pays, il y a quelqu’un que tu ne connais pas, et qui ne te connait pas non plus, qui pense à toi. Alors ? Ça va mieux, hein ?

    • hé ben tu me rassures, Laura (qui ne s’appelle pas Laura et dont le copain n’est pas Almanzo huhu… ), loin de moi l’envie de faire chuter le croissance démographique 🙂
      j’espère que tu auras plus de chance que moi et que tu n’en souffriras pas quand tu auras la chance de construire la vie en toi.

  4. oh ma pauvre, c’est dur ce que tu vis je trouve.
    j’ai adoré etre enceinte meme si j’avais aussi des maux difficiles à supporter.
    Cependant, comme Sandy, j’ai envie de te dire que ca ne changera pas au fait que tu seras surement une maman extra.
    J’ai une collègue enceinte et qui m’a dit qu’elle signerai volontiers pour une mère porteuse car elle n’aime pas du tout etre enceinte.
    Une collègue à moi aussi il y a qq années, n’avais pas supporté la grossesse, elle mettait des coups dans son ventre dès que ca fille bougeait. j’avoue que ca m’a choqué de la voire frapper son bidon mais ca n’empeche que maintenant, elle est maman, deux fois, et une sacré bonne maman.

    courage. je te fais plein de bisous

    • Je trouve quand même dur de taper son ventre, car même si c’est dur, j’ai hâte de rencontrer le petit truc qui me fait le corps en déprime, les symptômes et les sensations sont une chose, le petit bébé qui est là lui, il n’y est pour rien et je l’attends avec impatience.

    • huhu je reste curieuse et masochiste… et j’aime bien ton blog, alors y’a des chance pour que je lise quand même ton post de demain 🙂

      en tout cas, t’es toute belle dans ton mood kit 🙂

  5. Je n’ai pas aimé être enceinte, mais pourtant je regrette déjà mon gros ventre et ce statut si particulier que la grossesse nous donne (cette espèce d’aura qui plane autour de toi, tu as l’impression que rien ne peut t’atteindre, que personne ne peut te faire de mal).
    J’ai moi aussi pas mal souffert de douleurs diverses, et j’ai passé le 9ème mois à pleurer tellement j’en avais ras le bol ! Marre des insomnies, des douleurs, et puis ce petit bébé me faisait mal dès qu’il se mettait à bouger.

    J’attendais aussi l’accouchement comme une délivrance, et finalement les dernières semaines ont passé vite même si elles m’ont paru interminables.
    Courage, on en bave sur le moment mais une fois que c’est terminé, on repense à cette période avec beaucoup de tendresse 😉

    • Merci annouchka, j’ai effectivement lu ton dernier post, plein de tendresse et j’ai pu y voir que toi non plus tu n’avais pas apprécié ta grossesse. Comme toi, je prends mon mal en patience, je sais pourquoi je le fais, parce qu’à la fin de ces 9 mois, il y a un petit être plein d’amour qui va voir le jour 🙂

  6. C’est dingue ce tabou… MERDE QUOI ! La grossesse, si en théorie c’est magique, beau, inoubliable comme ta première partie de jambes en l’air, et bah en pratique, c’est pas un Disney pour tout le monde !
    Y a comme une gêne dès qu’une femme dit mal vivre sa grossesse… on pense tout de suite qu’elle a forcément un problème psy, des mommy issues à régler, qu’elle était pas prête ou je ne sais quoi. Mais non !
    La grossesse, c’est tellement bouleversant, pour le corps, l’esprit, le couple, le quotidien, que c’est évident que tout ne peut pas être rose. Du rose pâle au fuschia, toutes les femmes ont des moments difficiles, et celles qui diront qu’elles ont vécu une grossesse « de rêve »… bah tant mieux pour elles, les hormones du bonheur ont bien marché 🙂
    On est un peu comme droguées pendant ces 9 mois, c’est le tour de passe-passe qu’a trouvé l’évolution pour nous éviter de vouloir nous balancer du 4e étage tous les matins. Alors quand les hormones baissent… le moral aussi. C’est une vraie montagne russe ! Si en plus on rajoute l’hiver, l’incompréhension de l’entourage, des soucis personnels ou professionnels, la peur de l’inconnu… la peur d’être jugée mauvaise mère parce qu’on aime pas franchement avoir un alien dans le ventre, merde ! J’en ai eu des crises de pleurs moi aussi, envie qu’il sorte de mon corps, enfin !
    La seule bonne nouvelle… c’est que la grossesse, ça finit toujours par passer. Et le fait que tu n’aimes pas cet état, que tu ne te sentes pas bien, n’a AUCUN rapport avec l’amour que tu portes à ton enfant et ne veut pas dire du tout que tu ne seras pas une excellente mère, et c’est tout ce qui compte !
    Je ne te dirais pas Courage, car moi les gens qui me disaient ça, j’avais juste envie de les étouffer sous mes kilos. Mais sache que tu n’es pas seule, et ça, c’est déjà beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s