Tout à coup…

Voilà le glamour de la situation :

Une jeune mère, en pleine méditation devant sa serviette hygiénique, retour de couche oblige. Une petite pensée, qui sous ses airs anodins eut un effet cascade :
« Au moins, l’avantage de l’accouchement, c’est que maintenant au lieu de 5 jours de règles, j’en ai plus que 3 »

Puis soudain, la prise de conscience qu’on ne reviens pas en arrière, la sensation d’avoir accompli quelque chose d’important, d’avoir vraiment grandit, vieilli aussi.
Se rendre compte que 33 ans sont passés, et flipper sa race, comme on dit pour faire class…

J’avoue que moi et la notion du temps, c’est un peu spécial. Jusque là, j’avais toujours le sentiment d’avoir un bouton « Back », un retour en arrière était toujours possible en cas de connerie. Pourtant j’en ai fait des conneries et j’ai jamais pu revenir en arrière, mais quand on est jeune, fou, insouciant, on se croit immortel et capable de remonter le temps aussi.

Et puis on croit que tout est réversible parce que les égratignures cicatrisent, on grossit mais hop on maigrit (ou l’inverse) les cheveux repoussent (les poils aussi) et le temps passe comme un éternel recommencement.

Donc, je prends conscience que non, on ne reviens pas sur ses pas, on ne peut même pas faire « pause ». Je réalise que je n’ai plus envie de supporter les cons, que je n’ai plus envie de brider mes émotions, de retenir mes désirs, de me soucier du qu’en dira t’on, de tenter de plaire à tout le monde.

Je ressens comme un besoin de ne plus m’encombrer, de vivre, de faire l’amour, de voyager, de construire, d’être, de partager, mais surtout, de ne plus me taire, de donner de l’amour à ceux qui le méritent, de penser à moi et à ceux qui constituent mon univers, d’apporter plaisir, joie et aide aux véritables amis et de  laisser glisser sur moi ce qui n’a pas d’importance.

Garder en  tête qu’on n’est pas sur terre pour se gâcher la vie avec des pensées parasites, le garder en tête le plus possible.

Alors toi aussi, comme disait Anouk Grimberg dans 1,2,3 soleil (citation extraite du film, formidable film de Bertrand Blier) « t’es beau, t’es fort et on les niques les mécontents, on les nique ! »

Publicités

7 réflexions sur “Tout à coup…

  1. Exact!
    C’est vrai que la maternité amène vraiment cette notion de retour en arrière impossible mais c’est bien. En tout cas, bravo c’est super bien écrit et ça fait totalement écho en moi 🙂

  2. Quand je regarde ma fille je pense aux moment ou je la sentais dans mon ventre.
    Tout est passé si vite.
    Je n ai aucun regret concernant le passé, j ai profité, j ai juste envie de trouver le bouton « pause » pour ne pas la voir grandir trop vite.
    C est beau ce que tu écris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s