Mon mal D-Mer

Je vais te parler de quelque chose que j’ai découvert il y a quelques semaines. Un syndrome à la con, évidemment ! Le D-Mer, en français c’est le réflexe dysphorique d’éjection du lait. Il m’aura fallut presque 8 mois pour oser en parler et le jour où je l’ai fait, j’ai su me confier aux bonnes personnes car j’ai tout de suite eut une information claire et rassurante.

A force d’être une petite nature et donc un boulet, j’ai pris l’habitude de passer mes petits maux sous silence. Surtout que mon allaitement n’a pas toujours été facile alors je ne voulais pas ajouter de l’eau au moulin de mes détracteurs avec ces étranges sensations, eux qui me hurlaient déjà de tout laisser tomber.

Au début j’ai cru que c’était un BabyBlues un peu persistant. Ensuite, j’ai pensé à une dépression post partum. Mais de tout ce que je lisais, cela ne collait pas. C’était irrégulier, variable et surtout, ce n’était QUE pendant les tétées.

A chaque allaitement, lorsque le picotement du lait se faisait sentir dans le sein, une autre sensation me montait à la gorge. En quelques secondes, une grande lassitude m’envahissait, un sentiment de gouffre en moi, comme si tout s’écroulait. Et cette envie de pleurer, de tout abandonner, de n’être rien ni personne, incapable, incertaine, vide. Tellement vide.

C’est une sorte d’énergie foudroyante qui t’aspire vers le fond avec une telle rapidité et qui cesse une fois la tétée terminée. Comme si de rien n’était.

Maintenant que je comprends, je revois ma Grenouille me regarder avec inquiétude et me demander presque à chaque tétée « ça va? tu as l’air triste » et moi, ayant peur de ne passer mon temps qu’à me plaindre, ayant peur d’être jugée comme étant une mauvaise mère, incapable d’être heureuse de nourrir le plus beau bébé du monde, je répondais simplement « Non, ça va bien mon amour » avec un sourire probablement très convainquant puisqu’il amenait toujours un « t’es sûre? ».

Maintenant je sais que je ne suis pas incapable, que je ne suis pas une mauvaise mère, tout simplement parce que mon fils a 8 mois, qu’il est toujours allaité, que malgré les difficultés où j’aurais pu baisser les bras j’ai tenu bon, que malgré ce syndrome, je tiens bon.

Les explications médicales, je les laisse aux plus experts que moi, en revanche, j’ai testé plusieurs « trucs » pour tenter d’échapper à cette envie de quelques minutes de tout abandonner pour aller mourir au fond de la forêt comme un vieux singe malade.

Regarder la télé pendant les tétées (mais ça ne marche pas à tous les coups et ça dépend des programmes)
Manger du chocolat pendant la tétée (ça marche pas mais le chocolat c’est bon alors si tu veux, tu peux quand même)
Avoir une copine avec qui taper la discute pour penser à autre chose (ça marche du tonnerre pour moi sauf si c’est ma mère ou ma belle-mère… je sais pas pourquoi)
Boire du thé (je teste ça depuis 3 semaine et ça marche plutôt bien)

Sur le site D-Mer, il y a un test qui permet d’évaluer l’intensité du syndrome, car là encore nous ne sommes pas toutes égales face à cette grosse merde. Quand j’ai vu mon résultat, j’ai quand même un peu flippé.

Mais en fait maintenant, je vis les choses avec plus de sérénité. Parce que maintenant, je sais. Je sais qu’à la mise au sein, je vais déprimer 5 à 10 minutes et ensuite ce sera oublié, je retournerais jouer, papouiller et chahuter avec mon fils. Un petit rituel que j’ai mis en place pour me sentir vivante et heureuse d’être sa maman, pour pallier l’amertume qui te reste au fond du coeur.

Alors maintenant, si ce que je te dis te parle un peu, je te donne tous les liens que j’ai trouvé.

Entre les « vieux loup d’mer », les « fruit d’mer » et les « front d’mer » on trouve quelques infos intéressantes, toutes en anglais (vive google trad). Mais je suis bonne, je t’ai mâché le travail :

Publicités

21 réflexions sur “Mon mal D-Mer

    • merci à toi pour l’info sur le moment, car ça m’a vraiment changé la vie, parce que psychologiquement ça a tout changé ^^

  1. Je suis « contente » que tu ais pu mettre des mots sur tes maux, c’est déjà quelque chose de super important pour avancer.
    Je n’avais jamais entendu parlé de ce syndrome, pourtant j’ai eu des envies de pendaison avec le cordon ombilicale plus d’une fois.
    Merci pour ce billet 😉
    Je te souhaite une belle journée

    • ben oui, personne n’en parler, ou très peu, je me dis que c’est du au fait que les femmes (comme je l’ai vécu aussi) se sentent honteuses et n’en parlent pas. J’en parlerais à ma pédiatre pour voir si ça lui dit quelque chose 🙂

  2. Purée, je pensais être la seule à vivre ça… Je ne savais pas que ça avait un nom… Mais effectivement, parfois lors de la montée de lait je ressentais un gros coup de blues, puis ça passait… faut dire je regardais la télé à chaque fois.
    C’est bien d’en parler!

    • tu vois, c’est dingue, il suffit parfois d’une petite phrase lâchée au hasard d’une discussion pour découvrir que non, ce n’est pas toi, ni ta faute, c’est juste « pas de bol que ça tombe sur toi ». Contente que ça ait aidé 🙂

  3. Mon résultat : 82,86
    Enfin, Chichi aura 10 mois demain et l’allaitement a pris fin hier… plus de 24 heures qu’il n’a pas tété… enfin c’est pas dit qu’au goûter je ne le mette pas au sein encore une fois 😛

    • 83 c’est déjà beaucoup ! par contre Sandra a raison ça ressemble à une grève, tu l’as remis au sein? ça a donné quoi?

  4. missbrownie : ça ressemble simplement à une grève de la tétée, ça va revenir! (enfin, si tu le veux 😉 )

  5. Tu as du courage de continuer sans savoir ce qui t »arrivais !!!
    En tout cas merci pour cette info car c’est quelque chose dont on ne nous parle pas quand on commence un allaitement !!!
    Bonne continuation !!!

    • Je crois que c’est bien de ne pas en parler avant, ça pourrait faire peur : « si vous allaitez, sachez qu’il est possible que vous ayez envie de vous pendre pendant les tétées, mais ne vous en faites pas c’est normal » mouhaha !
      Non en revanche, je crois qu’une fois l’allaitement commencé, il faudrait en parler, rassurer, mais bon y’a tant de chemin à faire encore…

  6. Je découvre vraiment quelque-chose là !!! C’est vrai que je me sens très fatiguée quand j’allaite mais jamais déprimée. Ca ne doit pas être facile, heureusement que cela s’arrête après chaque tétée !

    • pour la fatigue, c’est normal, pas agréable, mais normal :p et oui heureusement que c’est fini après la tétée! contente d’avoir pu informer un peu 🙂

  7. Pour ma part je me réjouis d’avoir pu apporter une modeste pierre à l’édifice ! Je crois qu’il est important de pouvoir mettre une explication simple sur ce phénomène si déroutant. Bonnes tétées!

    • ha ben y’a pas à dire, depuis ton article, les choses sont différentes et je t’en remercie vraiment. Par contre, après l’avoir lu, j’ai dit : « Hors de question de renoncer au Sexe ! tant pis pour le D-mer noudidiou! » mouhaha 🙂

  8. Oh !!!! mais dediou…. ça expliquerai tout… Et moi qui pensait être bizarre et pas faite pour l’allaitement au final. Se sentir mal sans savoir pourquoi, sans trop s’en rendre compte d’ailleurs, pleurer ou faire tout son possible pour se retenir…. mais se rendre compte que le fait de s’occuper l’esprit avec un jeu d’arcade sur son smartphone, un livre ou une émission tv fait passer le moment beaucoup mieux…. c’était donc ça !!!
    MERCI et félicitations à toi d’avoir tenu et de tenir encore le choc car personnellement, je crois vraiment que les angoisses que j’avais par rapport à mon vécu des tétées est pour beaucoup dans la fin de mon allaitement (et sans doute qui sait dans le fait que malgré la production de lait et les longues tétées, mon fils ne prenait pas de poids…)

    • Ha ben là Izz, je ne suis presque pas surprise que tu ais vécu cela, j’avais senti que ton allaitement n’était pas vécu de façon heureuse, et de ce que tu racontais, je m’y retrouvais un peu. Ben voilà ^^
      Bisous

  9. ba merde alors ! je m’étais pas rendu compte de ça quand tu es venue… en même temps, lorsque j’étais présente à l’allaitement, on papotait justement alors tu le ressentais peut-être moins ? En tout cas, c’est la 1ère fois que j’entends parler de ce syndrome et c’est bon à savoir !
    Gros bisous ma belle (continue le thé et le chocolat !! ;o))

    • ben oui, on a papoté comme des gonzesses et heureusement parce qu’en plus vu mon état de fatigue ça m’aurait scotché. Et oui, je Marco Polo à fond ^^

  10. Pingback: Quand y’en a pour 8 y’en a pour 2 ! « Monstre & Co.

  11. Pingback: Mon mal D-Mer « Je suis une Seinte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s