L’herbe du voisin…

Il y a des gens que tu envies, que tu jalouses un peu aussi. Il y a des femmes qui te font rêver, enrager un peu aussi. Il y a des familles qui te renvoient à tes propres incompétences, à tes limites (nombreuses), à tes tâtonnements maladroits. Il y a donc celle que tu es, la femme, la mère, la bosseuse, l’amante, et puis il y a celle que tu voudrais être, la femme belle et intelligente, la mère parfaite et irréprochable, la bosseuse infatigable et indispensable, l’amante sexy bandante.

Parfois, tu croises des couples, des familles, des femmes, qui semblent simplement ne pas évoluer dans le même monde que toi. Quand tu supportes difficilement les grincements de ton minuscule de 8 mois qui couine 10h par jour, d’autres piquent un petit roupillon avec 3 terreurs qui courent et hurlent leur bonheur de vivre. Quand tu as du mal à terminer ta vaisselle en 3h de temps d’autres te récurent la baraque avec 2 enfants en bas âge et trouvent même le temps de se repeindre les orteils entre deux braillements. Quand tu te désespères de perdre enfin cette bouée bedonnante qui te sert d’écharpe à nombril, d’autres sortent de la maternité avec leur jean préféré sur le cul et la cerne douce comme un lendemain de cuite au champomy…

Alors quand comme moi tu as tendance à ne te faire aucun cadeau, à ne voir que ce qui cloche et qui fait de toi la dernière des dernières, t’en prends un coup au moral chaque fois que tu sors de chez toi. Me dévaloriser, oui, je sais faire, je maîtrise parfaitement cet art de flagellation.

J’aimerais vraiment savoir regarder le verre à moitié plein au quotidien et pour moi seule (car oui, je suis toujours d’un optimisme sans faille pour les autres…)

J’ai pris conscience de ce fait lorsqu’un jour quelqu’un en qui j’ai confiance et que j’aime beaucoup m’a identifiée comme étant « une chochotte ». Je ne renie pas du tout cette appartenance au monde des petites natures, loin de là, mais cela m’a fait réfléchir. Peut-être que je me plains trop ou que je ne m’extasie pas assez. Peut-être que l’image que je renvoie de moi est négative et si c’est le cas, je crois que ça me rend triste parce qu’il ne me semblait pas être comme cela…

Et pourtant, quand je parle de ma vie réelle, celle que tu ne connais pas, pas avec ce que je te jette comme miettes ici, on me dit que je suis forte, endurante et résistante. Et là non plus, je ne crois pas être comme cela…

Mais au fond, je sais que toutes, nous composons avec nos forces et nos faiblesses, que nous faisons au jour le jour en jonglant avec les aléas de la vie. Et à toutes, je voudrais juste vous dire bravo, bravo d’être fortes, bravo d’être faibles.

Maintenant, je sais.

Publicités

7 réflexions sur “L’herbe du voisin…

  1. Ma petite jumelle, tu es exceptionnelle, et oui il t’arrive de te plaindre, comme moi, mais tu sais être si forte. Non tu ne renvois pas une image négative, tu renvoies l’image d’une fille lumineuse, malgré ses peurs et ses doutes. Une fille pleine d’amour et de courage, malgré ses tracas.
    Prend bien soin de toi petite perle. ♥

  2. Rahahh comment dire, au moment où je te lis et où tu as écrit ces mots, tu me les as enlevés de la bouche ou plutôt du clavier. Juste <3<3 et bravo à toi surtout ❤

  3. j’adore ton texte, j’aurais sans doute pu l’écrire aussi mais en moins bien 😉 en tout cas j’ai appris qu’il ne faut pas croire en ce qu’on voit, il suffit de gratter un peu généralement pour voir que tout n’est pas rose et même (surtout?) chez les autres…

  4. tu sais, je crois que même ceux qui semblent vivre dans un autre monde ont leurs faiblesses, leurs moments difficiles. simplement ils savent mieux les cacher que d’autres… ou pour certains, les plus chanceux, savent mieux faire la part des choses…
    j’ai parfois cotoyé des femmes dont je me disais « elle est forte ».. je les enviais. tout avait l’air facile pour elles… et puis, a deux moments de ma vie, j’ai pu connaitre un peu mieux 2 de ces femmes… et j’ai su qu’elles étaient au fond comme moi… avec leurs soucis, leur faiblesse et toute la panoplie de la femme « normale »! 😉

    • effectivement, il y a l’apparence et la réalité. Au fond, je ne suis pas sûre d’avoir envie de jouer l’apparence de la femme parfaite… 🙂

  5. J’ai plusiers été surprise en découvrant chez des gens que je croyais heureux avec une vie parfaite, des sacrées zones d’ombres et de conflits.
    personne n’a une vie parfaite mais certes il y en a qui savent mieux que les autres composer avec ce qu’ils ont. je suis un peu comme toi moi par contre… mais j’essaie de me soigner ;))

    • C’est rassurant de constater qu’on est sensiblement tous égaux. Du moins sur ce sujet, c’est rassurant ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s