Des pressions Post-Partum.

Quand le burn out pointe le bout de son nez, que tout ce qui te fait du bien est de penser au moment où ton Baiby dormira et rien d’autre, quand les larmes te montent toutes les 3 minutes, il faut te résoudre à admettre que tu es doucement en train de passer du côté obscur des joies de la maternité.

Seulement ta dépression post-partum, tout le monde s’en mêle, tout le monde à un avis sur la question, tout le monde a un conseil à donner. Les femmes principalement, parce que tu comprends, elles sont passées par là, elles ont, elles aussi, frôlé le burn out mais elles ont survécues, alors elles vont te guider…

Si tu allaites, il faut que tu arrêtes. Parce que tu comprends, ça fatigue l’allaitement, ça te pique toutes tes vitamines et tu te retrouves toute raplapla des globules rouges. Et puis si tu arrêtais de l’allaiter, ton Baiby ferait ses nuits, c’est évident, et si tu arrivais enfin à dormir, alors tu ne déprimerais pas. Et puis tu te rends compte comme c’est contraignant? Tu ne peux jamais passer le relais au papa à cause de ça, il est accroché à ton sein ce petit, c’est pas bon pour son autonomie, et pour la tienne! Alors je comprends que tu déprimes, tu devrais le sevrer, ça irait bien mieux.

Mais si tu n’allaites pas et que tu déprimes, c’est que probablement tu t’en veux de n’avoir pas au moins essayer, et maintenant que tu t’en rends compte, tu t’en veux. Mais tu sais chacun fait comme il peut, tu ne dois pas t’en vouloir, regarde, ta grand mère ne m’a jamais allaité moi, et j’en suis pas morte ! Hein? d’ailleurs, je ne t’ai pas allaité non plus, et puis c’est pas pour ça que tu n’es pas une mère à part entière, vraiment, tu réfléchis trop, et puis de toute façon tu le couves trop ce petit, il fait ses nuits c’est déjà ça, t’imagines si en plus tu devais te lever la nuit? Et puis tu dois arrêter de compter les biberons, je sais que c’est de la logistique et des soucis, mais il faut que tu apprennes à passer le relais, le papa pourrait t’aider quand même, ça irait mieux.

Mais si ce n’est pas ce sujet là qui vient sur le tapis, c’en est un autre…

Je comprends tu sais, travailler quand on a des enfants, c’est très fatiguant, mais en même temps, c’est un choix, tu veux assumer tout et toute seule, c’est normal que tu n’en puisses plus et puis la double journée, c’est épuisant, mais toi tu veux toujours montrer que tu es une super maman, personne n’est irremplaçable dans son travail alors je ne vois vraiment pas pourquoi tu t’accroches comme ça. Prends une Baby-sitter de temps en temps, ça te déchargera, tu pourras souffler un peu. Tu ne peux pas négocier un 80%? Je sais que tu aimes ton boulot et que financièrement ce serait plus dur mais réfléchis y c’est ta santé tu sais.

Tu sais, rester à la maison c’est bien, tu t’occupes de tes enfants ok, mais il faut aussi que tu trouves du temps pour toi et puis tu es là, tu ne fais rien à part le ménage, le linge, les promenades, c’est plus ça une vie de femme maintenant, il faut être un peu plus ambitieuse, c’est bien de t’occuper de tes enfants, mais si tu prenais un boulot à 80%? Même un mi-temps, déjà ça te changerait la vie et puis ce serait mieux pour tes enfants, ils verraient d’autres petits pour jouer et s’éduquer autrement, toi, tu verrais du monde et financièrement ce serait moins dur, réfléchis y c’est pour ta santé.

Mais en dehors du travail, il y a encore des tas de sujets qui font le bonheur de ces gens qui te connaissent mieux que toi même, qui ont toujours à redire sur tout et sur tout le monde…

Si tu tenais ta maison un peu plus propre, tu te sentirais mieux.
Si tu ne passais pas ton temps à faire le ménage, tu irait mieux.

Si tu reprenais un peu le sport, tu te sentirais plus tonique, le mental suivrait.
Je ne comprends pas tu as repris le sport beaucoup trop tôt, tu t’épuises et puis tu veux te prouver quoi?

Tu manges trop de sucre et pas assez de fruits et de légumes, ça t’alourdis, tu es mal dans ta peau évidemment.
Tu ne manges pas assez, tu as maigris beaucoup trop vite, tu n’as plus de vitamines ni d’énergies, c’est normal.

Alors après ce genre de conseils, il est bien évident que tu vas beaucoup mieux, tu te sens comprise et soutenue, pleine de vigueur pour affronter cette nouvelle journée avec entrain et joie de vivre. Alors que tout ce que tu voulais, c’était une oreille, une épaule, une présence sincère et neutre. Tu voulais juste sortir un peu de ta solitude et eux te la renvoie en pleine face parce qu’elle leur fait peur, ta solitude.

Nous, les jeunes mamans, on te comprend, on sait, on t’aime comme tu es, viens faire un câlin ^^

Publicités

28 réflexions sur “Des pressions Post-Partum.

  1. Très juste, je n’ai jamais été aussi conseillée que depuis que je suis devenue mère…mais c’est pour mon bien, bien sûûûûr 🙂

    • oui pour ton bien. parce que tu n’as pas d’expérience en la matière, tu es ignorante sur les choses qui constituent le fait d’être mère toussa… bien sûr ! pfff

  2. Les conseils, c’est si humain, et pourtant comme tu le décris, il n’y a parfois rien de pire! Une écoute attentive ou une bonne épaule sur laquelle pleurer / se décharger, un regard qui nous dit simplement « tu es à bout, c’est pas simple, je comprends », souvent, ça suffit amplement.

    • je dis pas que parfois certains conseils ne sont pas bons, mais je me dis que cela doit etre vrai sur d’autres sujets que celui-ci 🙂

  3. Parfois aussi de l’aide plutôt que des conseils pourris ça pourrait faire du bien.

    Au lieu de me dire qu’avec un appart propre et bien rangé je me sentirais mieux, retrousse tes manches et aide moi à laver et ranger, car me prendre le petit pour que je puisse faire le ménage à fond c’est déjà pas mal, mais le principe c’est que je suis épuisée donc avec ou sans le gamin j’aurais pas la force de tout faire toute seule!

    C’est ce que je devrais dire à ma mère et à ma belle-mère 😉

  4. Je suis complètement d’accord avec tes deux dernières phrases. Beaucoup de ces conseils sont (pour celles qui les donnent, moi y compris) une manière d’exorciser ses propres peurs, de conjurer le sort et de se dédouaner de ses propres erreurs ! Courage, des bisous.

    • Oui, la peur de la détresse de l’autre, il m’a semblé important de l’évoquer car face à certaines déprimes ou dépressions, on peu vraiment prendre peur et tenter de se protéger en rationalisant à outrance. Ça m’est arrivé parfois.

  5. C’est vrai que nos proches ont parfois du mal à comprendre qu’on a juste besoin d’une oreille amie et bienveillante et pas d’une avalanche de conseils qui ne font que plus nous embrouiller voire nous culpabiliser ! Je pense à ma mère surtout qui tient tellement à me donner des conseils alors que je n’en demande pas (ou peu !).
    C’est fatigant d’entendre tout et son contraire, ça me rappelle la maternité ou chaque professionnelle avait un avis différent sur l’allaitement, j’ai cru devenir folle.

    On se connaît pas mais on se fait un p’tit câlin ?

    • houuuuu le câlinou ! Free Hugs power!
      Et sinon, c’est clair que d’entendre tout et n’importe quoi c’est pénible mais quand ce sont les professionnels de la santé qui s’y mettent là c’est flippant…

  6. Un dernier conseil je peux ? Ne confonds pas une fatigue atroce dûe à des nuits plus que pourries et une dépression avec des causes plus profondes, je ne sais pas ce que c’est pour toi, mais ne dramatise peut-être pas ? Mais c’est horrible, je sais… bises et je suis on ne peut plus d’accord avec toi SHUT THE FUCK UP les gens !

    • Oui, je suis tout à fait d’accord avec toi ! mais non, moi ça va plutôt bien ^^ J’ai des jours où je suis effectivement fatiguée, usée voire énervée par tout ce que je n’arrive plus à faire ou à gérer, mais cet article ne me concerne pas il est le résultat de choses que j’ai entendu auprès des copines et des gens qui m’entourent 🙂 Mais c’est très gentil de t’en soucier, j’apprécie beaucoup !

  7. Oh, oui ! Un câlin…. ! C’est gentil =) On m’a même sorti : ‘mais nous, on te parle ‘en tant que mère…!’ ARG quoi !
    J’aime l’exactitude de cet article, et ces sentiments d’impuissance et d’incompréhension sont tellement bien décrits… Je me sens moins seule d’un coup !
    Merci !

  8. Pfiouu… rien qu’enceinte j’en croise des conseils… alors après…. mais toujours preneuse câlin, heureusement que j’en ai à porté de clavier ou de main si je demande.
    Free Hug pour toi aussi !

  9. Merci pour cet article à la fois rigolo et qui met les points sur les i. Je le garde sous le coude pour le faire lire à ma mère quand elle m’embêtera trop…

  10. Si ma tendre moitié avait lu tes conseils – et su s’en appliquer qques uns – au lieu de t’évincer de son blogroll,
    elle n’aurait ptet pas tout plaqué pour aller voir un jeun blanc bec.

    Bambin de tout juste un an, c’est moche.

    Non c’est pas facile, un bébé c’est une épreuve. Mais non, fuir c’est pas la solution.

    • glurp, :/ c’est triste ce que tu me dis là. Je suis désolée, je ne donne pas particulièrement de conseils, dans mes articles, mais si je peux aider de ma maigre et fébrile expérience, je n’hésite pas.
      Courage à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s