Ton corps est ta maison.

J’adore cette phrase, je la trouve flippante, elle fait très secte. Ton corps est ta maison, ta tête c’est la cuisine, le ventre le salon, le cœur est la chambre à coucher… Pour que ça sente le frais dans ta demeure bouffe un Fébrèze !

Je me moque mais cette phrase est une terrible vérité, ton corps est comme une maison dans lequel vit ton esprit et si tu veux t’y sentir bien, il va falloir prendre soin de toi : Faire le ménage dans tes idées, jeter au feu les souvenirs encombrants, nettoyer ton emballage régulièrement, te nourrir avec plaisir et conscience et entretenir la structure globale régulièrement.

Je passe donc outre ceux qui ne s’acceptent pas tels qu’ils sont parce qu’ils sont gourmands ou fainéants, car j’estime que si aucune maladie ne t’empêche de devenir ce que tu souhaites devenir alors ne te plains pas. oui, j’avoue je suis entière, parfois tranchée et limite intolérante…

Pour une femme, la difficulté réside principalement dans l’acceptation de changements physiques comme dommages collatéraux à la grossesse. Enfanter, c’est faire une petite place dans ta maison pour un locataire de quelques mois. Ce petit squatteur, aussi adorable soit-il va transformer et remodeler ton corps, parfois de façon irréversible.
L’injustice parfaite entre celles qui auront des vergetures et celles qui n’en auront pas, tartinage de crème ou non : “Aléa jacta est” dès ta propre naissance; toute résistance est inutile. Autre événement incontrôlable : la césarienne bien qu’aujourd’hui les chirurgiens ont fait de très bons progrès en couture et les cicatrices finissent pas être quasi invisibles.
Enfin, reste longtemps chez certaine, presque pas chez d’autre la petite bouée de peau disgracieuse sous le nombril. Et là encore, la nature décide si tu es chanceuse ou non.

Alors ton corps est ta maison, oui, mais comment gérer quand ton seul désir est de déménager? Comment faire le deuil d’un corps que tu as possédé et que tu as perdu? comment faire le deuil d’un corps que tu n’as jamais eu mais que tu te bornes à fantasmer?

Je te donne l’adresse de mon psy ?

Pour ma part, je circule toujours avec mon petit bourrelet flasque autour de la taille depuis la naissance de mon fils. Chaque matin, comme, un espoir désespéré je masse cette surface molle avec de l’huile (pour être précise, l’huile minceur Wéléda à l’extrait de bouleau). Chaque matin, après ma douche, je lui parle  comme un leit motiv porte bonheur : “chaque jour tu disparait et je m’en réjouis, tu peux t’en aller, je n’ai plus besoin de toi”

Chaque semaine, entre 19h et 21h je fais frémir ma graisse avec d’autres femmes motivée sur une musique insupportable et je ressors tout rouge et détendue. Et chaque semaine quand approche 19h, j’ai envie de me cacher sous mon canapé avec ma plaquette de chocolat et de sécher les cours, mais je lutte et j’y vais.

Chaque mois, je fais la pesée du fils, du mari et de la gonzesse et on voit qui est le plus vilain des trois. Étrangement, ce n’est jamais mon fils !

Enfin, nous avons adopté la cuisine sans beurre, sans crème, sans sucre, mais ça je t’en parlerais une autre fois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s