Episiotomie mon amour…

Cette seconde grossesse est une occasion pour moi de te parler un peu de mon corps. Lors de la naissance de mon fils, tout c’est absolument passé normalement. Une naissance sans problème particulier sinon une révision utérine (puisqu’il manquait un bout de placenta) et une épisiotomie dans les règles. Une petite couture pour la sage-femme et hop c’était réglé. J’ai cicatrisé vite, proprement, sans complication apparente.
Oui, apparemment tout allait bien. Mais le jour où Monsieur et moi-même avons décidés de reprendre nos activités sexuelles là où nous les avions laissées quelques semaines plus tôt, une petite complication a pointé le but de son nez. Une gène, une sensation de tiraillement, que cette satanée cicatrice allait éclater. On a d’abord pensé que, peut-être, c’était encore un peu tôt, alors on a continué à jouer mais sagement, le temps que la cicatrice s’assouplisse un peu.

Quelques temps plus tard, nous avons retenté l’expérience, mais la douleur a continué à se faire sentir, plus ou moins fortement selon la position adoptée. J’en a donc parlé à mon gynécologue, qui n’a pas eu l’air inquiet, il a jeté un oeil à ma cicatrice, m’a dit que tout était parfait et que si d’ici 4 mois, j’vais toujours mal, que je revienne le voir.

Nous avons donc continué à essayer d’assouplir tendrement la cicatrice en se disant que ça passerait et que peut-être qu’il fallait que je sois plus excitée ou plus détendue, que chaque rapport devenait un peu une appréhension et que cela devait jouer… Pas idiot, mais non. Même toute frétillante d’excitation, même alcooliquement détendue, rien n’y faisait, j’avais mal. Pire encore, après le rapport, un léger saignement survenait de la cicatrice.

J’ai alors conclu en moi même que je n’avais pas du être recousue comme il fallait et que j’étais clairement condamnée à souffrir où ne supporter qu’une seule position, ce qui franchement ne m’enchantait pas vraiment! J’ai cherché un peu partout des témoignages qui me conforteraient dans l’idée que mon épisiotomie mal recousue était bien la cause de tout ceci et j’ai trouvé. Des femmes racontant leur calvaire depuis la naissance de leur enfant, certaines ne pouvant presque plus supporter de faire l’amour à leur compagnon ! (j’étais quand même rassurée car personnellement, magrés la douleur on a pu garder un rythme de coïts tout à fait raisonnables)

Et un jour, j’ai lu une jeune femme qui racontait qu’elle avait eu pendant 3 ans des rapports très compliqués et douloureux avec son mari à cause de son épisiotomie, jusqu’à ce que naisse son deuxième enfant et que tout rentre dans l’ordre. Alors, j’ai entrevu une lueur d’espoir et si l’épisiotomie pour la première naissance était une des choses qui me terrifiait le plus, je crois que cette fois-ci, je l’attends avec beaucoup d’impatience…

Reste plus qu’à prier pour que la sage-femme qui va jouer du fil et de l’aiguille y voit un peu plus clair que la précédente…

Publicités

10 réflexions sur “Episiotomie mon amour…

  1. Même dans le métro, coincée avec une connexion pourrave, je ne peux m’empêcher de te répondre : j’ai été recousue aussi de 3 mini déchirures. Les rapports par la suite étaient tellement douloureux que j’ai vraiment pensé être condamnée à devenir religieuse. Or après avoir arrêté l’allaitement, miracle ! Les parois vaginales se sont remises à vivre, à produire leur joyeuse bavouille ! Mme Libido est sortie de sa torpeur et ce fut la fête du slip. Curieuse nature qui parfois, nous intime de faire le focus sur notre rôle de mère… P.s. Retour de couches après fin de l’allaitement, aux 8 mois de la Têtarde.

    • j’ai eu mon retour de couche assez tôt malgré l’allaitement, vers les 5 mois après l’accouchement. j’aurais jamais pensé que l’allaitement pouvait « bloquer » la libido en revanche 🙂

  2. personnellement je n’ai pas eu d’épisio mais plusieurs points suite à une déchirure, et j’ai bien mis 9 mois à reprendre des rapports sans douleurs. Je pense que c’est le temps dont mon corps avait besoin. Mais je pense que la pilule MIcroval que je prends est aussi en faute, car la « joyeuse bavouille » est moins présente qu’avant. Par contre, l’allaitement ayant encore cours, je ne pense pas qu’il soit en cause chez moi. Encore un petit mot pour l’épisio, elle n’est pas indispensable lors d’un accouchement, et dans la maternité où Bébé est née, on essayait de l’éviter le plus possible. Du coups, je n’ai plus eu de douleurs pour marcher ou aller aux toilettes 2 Jours après la naissance et ça c’était top.

    • dans ma maternité c’est un peu épisio automatique… hélas ! mais ça fait rêver le « seulement deux jours de douleurs » 🙂

  3. Pas d’épisio mais 2 déchirures internes et une externe, elles n’étaient pas très importantes mais suffisamment pour m’emmerder quelques mois dans notre intimité.

    2 jours de douleurs seulement , working mum, tu me laisses rêveuse… bien que les douleurs dues aux déchirures ne se manifestaient pas au quotidien j’ai tout de même eu l’impression de faire du cheval pendant 2 à 3 mois. Impossible de marcher plus d’une heure, moi qui aime marcher des journées entières j’étais vraiment malheureuse.

    • déchirure interne, rien que ça, ça fait trembler.
      Je vois que devenir maman met la femme en déséquilibre quelques temps, on se sent moins seule 🙂

      • Oui en déséquilibre c’est le mot!
        À ça tu ajoutes la pilule et tu te retrouves avec le combo tue-la-libido!
        Bref c’est de l’histoire ancienne, c’est guérit et je ne prend plus la pilule donc mon corps m’appartient de nouveau et je retrouve ainsi mes sensations, mes envies, TOUT…
        Même les règles… putain 😉

  4. ha l’épisio!!! à ma première j’en ai eu une jusqu’à mon cul !!! je n’ai pas réussi à m’asseoir pendant bien longtemps et j’ai ressenti comme des battements de cœur le long de cette cicatrice pendant plus d’un an …. bon je ne suis jamais allée faire ma visite de contrôle et je n’ai pas fait de rééduc pourtant j’en avais vraiment besoin mais j’ai été trop traumatisée par mon gynéco le jour de mon accouchement et à la deuxième pas d’épisio mais j’ai eu une petite intervention quand même parce que la cicatrice de la première épisio avait formé une sorte de boulet et avec les hormones de la grossesse la peau s’était détendue et j’ai une sorte de luette à l’entrée de mon vagin miam miam !!! j’ai demandé à ce qu’on m’enlève cette horreur !!! je n’ai eu que 2 points et la cicatrisation a été hyper rapide !!

  5. Pingback: La sexualité des cétacés. | Entre Terre & Mère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s