Confiance d’un jour…

Cette découverte qui fait réfléchir. Un matin, après un orage qui a grillé ma box et qui m’a permis de faire autre chose que de glandouiller sur Internet, j’ai entrepris de vendre mon vieux Mac, mon tout premier ordinateur, acheté avec mon premier salaire décent, il y a 10 ans… Bref, avant de vendre cette relique au CashConverter du coin, il m’a fallut le vider de son contenu, vidéos, documents, et photos. Remettre le nez dans un classement presque oublié qui remonte à 2001… et progressivement revenir vers un passé plus présent, revoir ces images de moi, de lui, de nous, quelques années plus tôt, juste avant d’être enceinte, là où pas mal de choses ont basculées.

Revenir sur cette période insouciante, l’année d’avant, cette année où rien n’était prévu, où tout était simple et léger, où mon corps était…

Mais…

Il était pas si différent en fait !
J’avais déjà des bras mous, des mollets épais, de la cellulite sous les fesses?
J’avais les mêmes fringues que maintenant?
Je n’étais pas plus « fine » que ça?

Je reste un moment à me regarder, à comparer ma silhouette d’avant ma première grossesse et d’avant ma seconde grossesse…

La différence est tellement infime, le ventre a un peu changé, c’est vrai, moins plat, les fesses ont pris un peu de volume d’accord et les bras sont peut-être un peu plus mous, mais le reste est tellement semblable à celle que j’étais !

En fait, ce qui a vraiment changé, c’est mon regard. Plus dur, plus triste, moins confiant. Ce regard sur moi qui me juge, ce manque d’amour, parce que la confiance que j’avais semble avoir disparu et que tout heurte en moi, que le miroir m’agresse. Et pourtant…

Je me souviens d’une phrase d’un ami de mon homme lors de l’annonce de ma grossesse : « toi qui a une si belle femme, tu vas la déformer ! » Et il s’est esclaffé. Mon cerveau a enregistré ses mots et j’en ai été blessée. Blessée de n’être vu QUE comme une belle femme, blessée d’entendre qu’après, je ne serai plus jamais belle, plus jamais la même, plus capable de séduire.

C’est idiot, mais inconsciemment, je crois que j’y ai cru, que cette phrase s’est ancrée en moi comme une vérité accablante venant d’un homme, père de surcroit qui savait donc de quoi il parlait ? (Sympa pour sa femme me diras-tu…)

Et effectivement, après la naissance de mon bébé, j’étais convaincue que tout était terminé de ma capacité à séduire, de la possibilité d’être belle à nouveau, j’y aspirais ardemment, mais sans y croire. Alors, les kilos peuvent s’effacer sur la balance, au fond du coeur, reste la certitude d’être difforme à jamais. Chaque étreinte amoureuse devenait comme un cadeau, une preuve d’amour profond de la part de mon compagnon, quand elle ne se transformait pas en piège sournois : « Il reste parce qu’il se sent obligé, nous avons un enfant, mais dès qu’il pourra, il partira, parce que je ne ressemble plus à rien… »

Et quand j’y repense, je trouve tout ceci terrible et j’ai l’impression de sortir la tête d’un épais brouillard qui m’a trop longtemps désorienté.

Pourquoi je ne l’entends pas quand il me dit : « mais pour moi tu es la plus belle femme du monde ! » pourquoi ne pas vouloir y croire quand une copine me regarde avec un grand sourire et me dit : « Tu es une très belle femme enceinte, toute fine avec un gros ventre ! » Mais quand on est fermé, recroquevillé sur soi on entend « femme enceinte », on entend « gros » et on oublie le reste.

Pourquoi est-ce que « j’attends » un jour meilleur où je pourrai enfin redevenir moi même au lieu simplement de retrouver cette confiance en moi, cette toute petite flamme qui faisait que je savais au fond de moi que je suis quelqu’un de bien, quelqu’un de beau, quelqu’un d’aimable.

J’aspire à retrouver cet état de tranquillité, cet amusement, cette ignorance du défaut, inverser la tendance de l’esprit, changer de polarité et ne plus me cacher derrière ce que toutes les femme ont vécu depuis la nuit des temps et qui ne les a jamais rendues moins belles, bien au contraire !

Publicités

17 réflexions sur “Confiance d’un jour…

  1. Encore une fois tes mots trouvent leur écho en moi…
    Sans avoir la moindre piste pour améliorer ta vision de toi-même, par contre, désolée.

    Je n’ai pas le même parcours que toi (disons simplement qu’avant ma grossesse, je me trouvais déjà repoussante, mais comme j’avais réussi à perdre beaucoup de poids j’espérais me trouver un peu moins moche), mais je me vois tellement différente, « déformée », je me vois toujours avec mes 26kg en trop même aujourd’hui alors qu’il ne m’en reste « que » 5 à perdre avant de retrouver mon poids d’avant grossesse.

    Cette phrase que l’ami de ton homme a sorti, ça m’a dérangée… Ca a dû rester gravé en toi, comment se faire son propre chemin après ça?

    • Il faut du temps pour se voir telle que l’on est quand on a tellement eu l’habitude de se regarder sans amour.
      Courage, je suis sûre que tu es toute belle, en dedans, de coeur, tu l’es 🙂

  2. Ce n’est pas facile je te comprend bien. J’ai du mal à croire mon homme aussi, je me dis qu’il pourrait trouver facilement plus belle même s’il a beau me répéter qu’il m’aime. A ta différence, je ne suis plus la même d’avant les grossesses (+20kg) mais je trouve la remarque du pote de ton mari complètement conne et déplacée. C’est un mec sans cerveau ?

    Comme quoi beaucoup de choses sont dans la tête, essaie de prendre du temps pour toi, de te faire plaisir te chouchouter etc. Bref reprendre confiance puisque le souci vient de là a priori 🙂

  3. Comme je comprends ce que tu ressens, moi ce n’ est pas les grossesses (bien qu’ elles n’ aient rien arrangées) qui me font penser ces choses là, c’ est un accident domestiques, j’ ai été brulé, et peu importe les dires de mes proches, de mon futur mari, de mes enfants, je reste au fond de moi le monstre que j’ ai vu dans le miroir le jour où ça m’ est arrivé. La confiance et l’ insouciance ont disparu.
    Bon courage, prends du temps pour prendre soin de toi, c’ est le secret vers un mieux être.

    • Changer de regard, c’est la grande difficulté et je comprends que ce soit très très dur, surtout après le choc et le traumatisme que tu as vécu (je suis allé voir ton blog, j’ai lu l’article). Le physique et l’esprit réuni, quand tout cherche à lutter, reste la souffrance. Plein de bisous, tu es forte !

  4. Comme tes mots résonnent en moi aussi. Je me suis réveillée de la torpeur dans laquelle j’étais plongée il n’y a pas si longtemps… pour y retomber avec cette nouvelle grossesse. Je suis heureuse de ma Zouzou, de ce petit bout à venir, mais je n’arrive pas à résoudre à me dire que c’est une parenthèse dans ma vie, que je vivrai pour moi plus tard, que je me retrouverais vraiment moi plus tard… Trop tard ? Pas simple. Et les hommes eux ? Que vivent-ils ? Sont-ils aussi ébranlés que nous ? J’ai un doute, un gros doute. Des petits coeurs tout doux <3<3<3

    • merci ma Kiki, des amis sont passés ce week-end et ils m’ont trouvé complètement épanouie dans ma grossesse et je crois que je suis sur une bonne voie… qu’en sera t’il APRES l’accouchement 🙂

  5. Bon, moi j’y pige vraiment rien de rien en psychologie féminine mais ce que tu dis là c’est exactement ce que dit ma compagne. Je me risque à exprimer ce que mon cerveau d’homme débile (pléonasme) pense de la question.

    Pour moi l’homme n’a rien à faire de la forme des fesses de sa femme, de ses 3 kilos en trop ou de son ventre moins plat… Ou si peu.
    Car le vraiment important, le truc NUMBER 1, c’est le fait d’avoir une personne agréable et joyeuse en face de lui.
    Un cercle vicieux alors ? Malheureusement je le crains.

    Mais au delà de la grossesse, n’est-ce pas le fait de vieillir qui vous bloque ? Une femme n’ayant jamais eu d’enfant est-elle plus belle à 50 ans qu’une femme en ayant eu ? Y a-t-il vraiment une différence ?
    Le mythe de la jeunesse éternelle est un fléau. Les pubs de cosmétiques, les photos trafiquées dans les magazines… Je crains que tout cela contribue à accroitre un grand malaise chez les femmes (et depuis leur plus jeune âge). :/

    Mais je peux complètement me planter ! 🙂

    • Je ne suis pas certaine (en ce qui me concerne) que ce soit le mythe de la jeunesse éternelle qui me titille les entrailles, mais plus la pression de la femme parfaite, celle qui enfante en chantant, qui élève ses 5 enfants avec une facilité déconcertante, qui reste belles, svelte et bandante malgré tout et qui sait tenir son couple et sa maison d’une main de maître. Parce que l’inconscient collectif nous a inscrit cela, la société nous y pousse chaque jour à travers tout ce qui se regarde et s’écrit. Malheureusement. On nous fait croire que s’épanouir passe par tout ceci et nous, on s’enferme dans ses schémas impossibles à tenir et on en souffre, de fait, vous, les hommes, nos hommes, vous en pâtissez aussi… et oui, cercle vicieux ^^
      Mais ton regard d’homme est très intéressant et super constructif pour moi, merci beaucoup 🙂

      • Merci à toi également d’éclairer un peu ma lanterne. La femme parfaite ?? Fichtre ! Si elle existait aucun homme ne la mériterait, alors autant lâcher l’affaire tout de suite ! 😉
        Votre rôle est certainement plus difficile que le notre c’est vrai, en particulier chez celles qui s’occupent de leur homme comme d’un enfant supplémentaire… Après on rencontre tous les mêmes difficultés dans la vie de tous les jours. Savoir les reconnaitre et les exprimer constitue déjà un pas en avant pour faire baisser la pression.

        Après je me mets à votre place : on voudrait faire de moi une super-ménagère ?? Ça me ferait bien rire !! Franchement il y a beaucoup plus épanouissant dans la vie ! (Mais bon, j’ai un problème avec les schémas et autres carcans à respecter… ça viendrait du chromosome Y ? Pas sûr.)

  6. n’ayant jamais vraiment connu la confiance en moi, en ce corps, étrangement je porte bien mieux le gros bidon que l’après grossesse, c’est bizarre..comme si mon corps était utile et beau en portant la vie..
    Je te comprend tellement bien, c’est un cap que celui de se réapproprier son corps tout en sachant qu’il ne sera plus jamais comme avant..
    parfois je regarde les nanas de 20 ans dans la rue et je les envie, un temps..puis je me dis que pour rien au monde je n’échangerais le cadeau que ce corps nous a donné..
    je te souhaite de trouver le chemin du mieux être car tu es une femme superbe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s