Le syndrome de Lacomme.

Depuis mon 3ème mois de grossesse et c’était déjà le cas lors de ma première grossesse, j’ai ce qu’on appelle : Le Syndrome de Lacomme. Cette petite phrase que te sort la sage femme en faisant un signe de la main comme quoi, « c’est rien de grave », « ça arrive à pleins de femmes » et « ça disparaîtra après la grossesse ». T’es mignonne petite blasée en blouse mais moi, je ne peux plus marcher, je ne peux plus me tourner la nuit, je ne peux plus m’habiller sans dire « aie » dans le meilleur des cas, sans pleurer quand, le soir, épuisée, je ne peux même pas soulever mon fils pour un câlin sans avoir l’impression que mon bassin va tomber en miette.

Parce que le Syndrome de Lacomme, qu’est-ce que c’est exactement ? Personne ne te l’explique vraiment puisque « c’est anodin, ça va passer ! »…

En général, et je dis bien en général, car ce n’est pas vrai pour tout le monde, ce syndrome apparaît au troisième trimestre de la grossesse mais pas chez tout le monde. Les douleurs sont en général, une fois encore, concentrées dans la région du pubis. Tu as juste l’impression délicieuse que l’on t’écartèle la chatte (soyons franches) et que tes os sont en train de se fissurer chaque fois que tu bouges. tu as des sensations de tiraillement et comme des coup d’électricité dans le bas ventre.  Tu t’inquiètes, tu as mal, tu as peur d’un accouchement prématuré et tu files à la maternité où une gentille femme blasée en blouse te fais un signe de la main etc etc…

En vrai, ce ne sont pas les os qui bougent sous le poids du bébé, ce sont les tendons du bassin qui s’étirent, se distendent et  les ligaments souffrent. Toi aussi. Cette douleur souvent irradie dans le bas du ventre, un peu comme des douleurs de règle et c’est d’ailleurs souvent ce qui fait qu’on les confond avec une MAP (Menace d’accouchement prématuré). Parfois, les douleurs irradient dans le périnée et les fesses.

Alors maintenant que tu sais cela, que tu sais que ce n’est pas dangereux, que tu peux apaiser tes craintes, car cette douleur que je te décris, si tu l’as tu l’as déjà reconnue n’est-ce pas… Tu te dis alors : « Ok, fais pas ta sage-femme en blouse et dis moi ce qu’on peut faire pour soulager ça, Bordel ! »

Et c’est là que tu m’aimes d’amour car, réponse : RIEN !
Mouhaha, non, pas tout à fait, il existe quelques solutions temporaires très superficielles et quelques contre-indications.

Par exemple, tu dois absolument éviter de porter des choses lourdes, tu ne dois pas faire de marche longue, et éviter les mouvements brusques. Mais c’était presque logique puisque tout cela, la douleur t’empêche déjà de le faire…

Pour ce qui est de soulager temporairement les douleurs, il y a l’ostéopathe, qui va faire ce qu’il va pouvoir mais passé un certain avancement dans ta grossesse il ne pourra plus te manipuler, c’est donc limité.
Il y a le paracétamol, évidement, mais là aussi, c’est limité.
Enfin, il y a le sexe. Oui, Oui, étrange hein? mais en fait, le sexe est conseillé, car l’orgasme déclenche des contractions sans danger et ces contractions libèrent une substance qui calme les douleurs. Ok, le problème lorsque tu as mal comme ça , est que parfois tu n’arrives même pas à écarter les jambes alors avoir envie de faire l’amour… comment ça, on tourne en rond ?

Reste alors le repos, le repos, le repos pour ne pas finir ton 9ème mois dans un fauteuil roulant (si si ça arrive)…

Courage, après l’accouchement tout redevient normal.

Publicités

7 réflexions sur “Le syndrome de Lacomme.

  1. J’ai douille à cause de ça pour ma première grossesse, d’ailleurs j’apprends aujourd’hui que ça à un nom beaucoup plus classe que le « mal à la chatte » que j’ai sorti à tout le monde. Mais pour ma deuxième grossesse ça à été pire, certains matins je ne pouvais plus faire 10 pas sans pleurer. Ostéopathie + acupuncture m’ont sauvé.

  2. Et du sépia composé ?? Pas sage-femme m’en a prescris, à prendre 2 fois par jour jusqu’à l’accouchement. Cela permet d’éviter les douleurs du bassin 😉 Peut-être que ça pourrait apaiser un peu ? Et bien… courage…

  3. J’ai eu cela à toutes mes grossesse. J’ai réussi à les atténuer grâce à l’ostéopathe.
    Ma sage-femme me prescrivais aussi du magnésium.
    Bon courage

  4. Je met un lien vers votre article sur mon blog… j’ai fait un petit post sur la question aussi ! Et c’était votre article qui m’avait permis de me dire « tiens, c’est pt’etre ca que j’ai moi »

  5. Je souffre aussi de ce syndrome. Je me suis écroulée de douleur un après-midi, ce qui a fait comprendre à mon mari que cette douleur n’était pas minime. Je ne dors plus la nuit, je ne peux plus coucher ma petite fille dans son lit car la porter est insupportable, rester assise ça peut le faire mais dès que je veux remarcher c’est une horreur. je m’aide d’une béquille lorsque je dois me déplacer, ça me soulage un peu et je consulte un ostéo qui fait de petits miracles (mais qui ne durent pas dans le temps malheureusement).
    Le gynéco, quant à lui, ne s’inquiète pas, c’est ligamentaire, ce n’est pas grave… même pas un peu de magnésium. Et mon médecin traitant lui, a peur de me donner des médocs. Il m’a tout de même préscrit un miorelaxant pendant trois jours pour que je dorme, à renouveler pas trop souvent. Ce que je ne suis pas prête de faire puisque bébé bouge moins quand j’en prends et ça me fait un peu flipper!
    encore 9 semaines et je devrais souffler. enfin j’espère…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s