Une femme, mais une F.M.R

Hier, entre deux tournées de linge, je t’avais écrit cet article, qui, en l’espace de 2 heures chez mon Gynécon, a complètement  perdu son sens. Mais je te le mets quand même, parce que finalement, je suis d’autant plus F.M.R maintenant que je suis contrainte au repos…

Ça m’est tombé dessus depuis peu, je suis passé du statut de femme à celui d’F.M.R. Mais je suis une F.M.R éphémère, rassurons-nous.

Car le 8ème mois a fait de moi, une Femme à Mobilité Réduite. Une semi baleine, un convois exceptionnel, un caillou à hélitreuiller du canapé au frigo et du frigo au canapé… Plus sérieusement, je bouge encore beaucoup, je bosse encore donc il m’arrive même de faire 200 bornes dans la journée pour le boulot, je me lève 4 fois dans la nuit pour pisser et au moins autant pour remettre la tétine du fiston dans le gosier, bref, autant que possible, j’assure le minimum.

Mais je me sens lourde, mon centre de gravité a bougé, l’attraction terrestres se ressens plus puissante chaque semaine, je n’arrive plus à porter mon fils du sol au siège auto, je n’arrive plus à rester 15 minutes debout à attendre, je m’essouffle vite et donc, je me fatigue et m’énerve vite.

Dans 1 semaine je serais en congé maternité, dans une semaine j’aurai toutes les excuses du monde pour rester à la maison, coincée dans le canapé entre le chat et un bon bouquin. J’aurai le droit d’appeler ma mère pour venir me faire mon linge et mon ménage, sans scrupule. Je pourrai reposer mon esprit et relayer le boulot au printemps prochain (si j’y arrive).

Mais être F.M.R, c’est aussi rouler élégamment jusqu’au rebord du lit pour se lever, un peu comme une tortue qui se retrouverait sur le dos…

Etre F.M.R, c’est aussi flipper dès que tu dois descendre à pied une pente à 6%, avec ce dilemme : « Est-ce que je me mets en  boule et je roule jusqu’en bas? ou est-ce que je tente un équilibre précaire sur 2 pattes quitte à risquer de tomber? »

Etre F.M.R, c’est écouter ton homme te proposer d’aller passer deux heures en forêt ramasser des champignons, le bébé bien calé en écharpe contre papa, t’emballer et finalement les regarder partir tous les deux et rester en tête à tête avec tes contractions et ta télécommande…

Etre F.M.R, c’est tenter de sortir de la voiture en mois de 3 minutes et finalement attendre que l’on vienne t’extirper de là quand tu auras repris ton souffle…

Etre F.M.R, être obligée de demander à quelqu’un de t’aider à retirer tes chaussures le soir, après être bien bien certaine que tu n’auras plus besoin de les remettre de la soirée !

Etre F.M.R, c’est faire ton repassage assise, préparer à manger assisse, plier le linge assise, et surtout  ignorer dans son coin le lave vaisselle et le nettoyage de la baignoire…

Mais surtout, c’est prendre son mal en patience, taire les petites douleurs, essayer quand même de jouer, câliner et chahuter avec son fils, rester une femme, malgré tout, rester une mère malgré tout. Et se reposer dès que possible.

Publicités

10 réflexions sur “Une femme, mais une F.M.R

  1. courage !!! pas facile facile quand on se sent coincée !!! sinon je repasse assise moi jsuis plus enceinte mais vu que je repasse énormément genre 3 4h à chaque panier (pourtant je repasse toutes les semaines rien en retard donc…) je repasse assise !!merde mon dos puis au moins je peux me mater mes séries tranquillement !!!

    • moi j’épluche meme mes légumes debout normalement, j’aime bien, mais là… mais c’est bien aussi l’ordre de rester tranquille, ça déculpabilise 🙂

  2. Je ne suis pas encore une habituée du blog donc je me demande : c’est exprès « GynécoN » ? C’est vrai que pour le type qui vous colle chez vous quand vous avez d’autres projets, c’est bien trouvé comme surnom…
    Bon courage pour ces dernières semaines en mode baleine…

  3. allez ! encore quelques semaines et tout sera oublié, il y aura d’autres mots / maux mais il y aura aussi ce super bébé ! Et puis les gynécos ne parlent qu’en tant que spécialistes et n’écoutent pas du tout les mamans / femmes !!! Ce fut encore mon cas le mois dernier qui demande une ligature des trompes (après 3 enfants je pense que j’ai suffisamment participé à l’effort patriotique ; oui, c’est une phrase que je me suis entendue dire !) et je suis ressortie en pleurant car on m’a dit que j’avais un fort taux de risque d’un cancer de l’utérus et qu’il fallait procéder à l’ablation, que j’étais une bombe à retardement, que ma vie sexuelle serait un enfer après et que je souffrirais atrocement après l’opération ! que du bonheur !! heureusement, ma psy est là pour relayer les infos ! Courage !

  4. Wow! On dirait que tu me racontes! J’en suis à mon 8e mois, je suis maman d’un garçon que je n’arrive plus à suivre parce que j’suis à bout de souffle et d’énergie au bout de 5 minutes et je suis rendue incapable de passer plus d’une heure debout sans m’asseoir 15 minutes! On fait un « deal », je t’envoie des pensées positives et tu m’en envoies, okay? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s