Et c’est grave ?

sadekVoilà la phrase que j’ai le plus utilisé ces deux derniers mois. Dans des variantes de type « C’est pas grave » ou « Est-ce vraiment si grave? » ou « et alors? ».

Parce que j’en ai eu marre un soir de m’entendre reprocher pour la Nième fois que je n’avais pas fait le ménage ou la vaisselle ou le linge, que sais-je. Que j’en ai eu assez de devoir expliquer, pourquoi, de répéter encore une fois et sans fin, que non, j’ai pas eu le temps, que j’ai même pas eu le temps de me laver, parce que j’ai du boulot en retard, parce que je gère 2 enfants en même temps que j’essaye de bosser, parce que je gère les bains, les cacas, les repas, le lavage des couches et que le reste est accessoire.

Parce que j’en ai eu plus qu’assez de devoir jouer les femmes parfaites alors que c’est impossible et inutile. Je n’en ai pas envie, je suis comme je suis, je fais comme je peux, je gère du mieux possible.

Alors il y a eu conflit. Gros gros conflit, parce que je suis conciliante, mais le jour où ça me pète dans les oreilles, c’est une véritable tornade  rouge qui se déploie. Il y a eu, posé comme ça sur la table : Ecoute moi bien, écoute moi très attentivement, parce que ma valise est prête et que ce que je vais te dire peut nous sauver ou nous séparer.

Pour être entendue en tant que mère épuisée, j’ai du menacer de tout plaquer.
Pour être entendue en tant que maman travaillant à la maison, j’ai du jeter le doute sur une possible solitude non désirée.
Pour être entendue en tant que femme et non pas bonniche à tout faire, j’ai du parler plus violemment que lui.

Alors il a écouté.
Il a écouté nos différences, nos désaccords, mes silences d’avant et mes reproches d’aujourd’hui. Il a écouté des évidences qu’il n’arrivait pas à voir, des logiques qu’il ne peut pas avoir, des choix qu’il ne voulait pas entendre.
Il a écouté, mais il m’a peu comprise.

Quand les décalages sont trop grands, les mots ne suffisent pas toujours.

Quelques mois plus tard, la situation n’avait pas évoluée, les efforts de chacun n’ont pas tenus, les tensions sont revenues. Et dans ma tête, encore la lassitude, la peine, l’angoisse et la colère.

Alors il n’y a pas eu conflit. J’ai pris mon homme entre 2 yeux et j’ai fais la liste des choses qu’il ne supporte pas. A la fin de chaque chose qu’il me reprochait, j’ai ponctué par « Et c’est grave? »

Un exemple :
Il y a peu, il m’a reproché de ne pas faire le lit. Il m’a dit « Mais franchement, ça te prend 5 secondes de prendre la couette et de la poser correctement sur le lit !!! » Ce à quoi j’ai répondu, toi, quand tu te lèves, tu vas te laver, tu te fais beau et propre et tu fais ton petit déjeuner. Moi, quand je me lève, je prends montougrand, je lui change la couche, je l’habille, je lui donne un gateau et je prends montoupetit, je lui change la couche, je l’habille et je l’allaite. ensuite je prépare le sac pour la nounou, je saute dans un pantalon et dans un tee-shirt sans trop regarder, je met tout le monde dans la voiture et je file chez la nounou. tu noteras que déjeuner, se laver et tout le reste j’en ai pas encore vu la couleur, alors ta couette, tu te la fous au cul !
réponse : « Mais ça prend 5 secondes ! »

Le conflit étant par cette voie assuré, nous campions tous les deux sur nos positions sans résultat autre que la frustration de la mésentente et du déni de l’autre. Bref… inutile.

J’ai donc changé pour ceci :
« Tu me reproche de ne jamais faire le lit… et c’est grave? »
« mais ça prend 5 secondes ! »
« Oui, mais en soi est-ce que c’est grave si le lit reste ouvert toute la journée? »
« Mais tu comprends pas ! »
« Je comprends que pour toi c’est important et que pour moi c’est inutile, je te propose donc de gérer toi même tes propres importance et de faire le lit en 5 secondes par toi même. Tu auras la satisfaction d’un lit fait et tu feras l’économie d’un agacement non justifié à mon égard »
« … »

Et j’ai énumérer ainsi les choses qui ne sont pas graves pour faire cesser les reproches sans réponse.
Ceci est une première étape de changement. Tu l’auras compris, si nous savions comment fonctionner avant les enfants, depuis leur arrivée, tout est désordonné, personne n’a vraiment retrouvé sa place et la « Famille » a du mal à s’équilibrer.

2 ans que je fais preuve de patience.
Parfois, je me demande si nous allons enfin y arriver mais je ne lache pas le morceau, tant que l’amour est là, on doit essayer !

Publicités

14 réflexions sur “Et c’est grave ?

  1. J’ai le, pb inverse moi je suis en congé parental grosse maniaque de l’ordre et du rangement et j’en passe et je ne supporte plus son inactivité à la maison
    Je veux une maison parfaite et me prive de bcp pour ça(pas matériellement hein mais niveau zen ambiance à la maison ou avec mes doudounes)
    Et lui travaille et me répond et alors c’est grave? ! QUand je lui demande un truc et qu’il traine pour le faire
    Pas facile de composer

  2. Je like ton article pour la phrase de fin. Si l’amour est là et que tu t’y accroches, que tu le gardes toujours en vue pour ne pas chavirer, tu vas y arriver.
    Des bisous d’encouragements pour que tu sois enfin entendue!

  3. Pas facile en effet… Je suis aussi à la maison depuis septembre et j’ai un Homme qui ne me fait aucun reproche mais moi j’en ai marre de tout me taper. Je me demande comment on faisait uand je bossais, est ce que je faisais tout aussi sans m’en rendre compte ?
    Du coup, ici, je ne fais rien le week-end, il est repos et moi aussi ! Donc la vaisselle c’est pour sa poire et le ménage attend le lundi lol

    Mais mon Homme s’en fout en fait donc il ne me reproche rien.

  4. C’est fou ce que tu décris c’est ma vie. Exactement ma vie… Je lui ai dit aussi que les trucs très importants pour lui et dont j’ai strictement rien a foutre c’était a LUI de s’en occuper. Mais bon « j’ai pas le temps je le fais quand en rentrant du boulot ? » Dur de faire comprendre que 10 trucs qui prennent 2 mn dans une journée avec 2 gosses a gérer les trajets, repas, lessives courses etc c’était trop. Et que ses 2 mn là on en a besoin pour soi. J’ai l’impression quant a moi qu’il ne sera jamais d’accord avec moi et qu’il faut attendre que ça passe en discutant. En attendant ça fait de la rancœur et des reproches dans la tête et dans le coeur. Sauront nous repartir du bon pied en laissant ça derrière nous plus tard ? Pas sur…

    • C’est une crainte que j’ai aussi, ne pas être capable de passer le cap ou simplement me rendre compte que le combat est perdu d’avance et que vouloir y arriver n’est pas toujours pouvoir y réussir quand on n’est seule à se dire que ça doit changer et à tout faire pour arranger les choses… vaste sujet hein 😉

  5. Plein de courage… Comme si la fatigue ne suffisait pas, des fois les hommes nous accablent. S’il ne connaît pas tes limites, à toi de les connaître et de les crier. Juste envie de te faire un gros câlin (et de secouer ton homme comme un prunier, je peux ??) ❤

  6. Je crois que tu as pris le problème par le bon bout, à savoir : si ces choses sont si importantes pour lui, à lui de les gérer !
    Je ne sais pas quel est ton métier mais comme j’y réfléchis à titre personnel, je te glisse une idée : et si tu bossais en dehors de chez toi ? C’est sûr que ça a un coût donc ça dépend de tes revenus évidemment.
    Ce que je veux dire par là, c’est que depuis que je suis chez moi (au chômage pour l’instant), même si je mène de nombreuses choses de front (enfants, démarches diverses, repas, courses, mon bilan de compétences et mes recherches métiers, etc) qui justifieraient tout à fait de ne pas avoir de temps pour les tâches ménagères, je me sens obligée de faire un minimum de choses dans la maison en journée, notamment parce que je les ai sous les yeux. Des choses que je ne faisais jamais en journée lorsque j’étais salariée (forcément). (Heureusement, mon homme ne me reproche rien !!)
    Et si la solution était de NE PAS être chez toi, comme ça, tu es irréprochable, non ? (mais ça dépend des reproches, je dis ça par rapport à ceux que tu as évoqués dans ton article)
    Bien sûr, ça n’est pas une solution pour faire changer ton homme de point de vue mais comme on change difficilement les gens, on peut soit tenter de changer notre façon d’aborder la question, soit changer les données de base pour éliminer le conflit… (ça vient pas de moi, je réutilise plein de paroles sages que j’ai entendues récemment)
    Après, y’a aussi l’idée de lister toutes les autres petites choses de 2min que tu fais déjà dans une journée et qui, mises bout à bout, remplissent une journée, en expliquant que tu fais des choix et point barre.
    Ton homme a déjà passé des journées seul avec les 2 enfants ? Histoire de lui faire comprendre que les 2 min consacrées au lit, tu préfères les passer à te donner une apparence décente le matin entre 2 préparatifs ou à t’occuper de ton enfant plutôt que de le laisser pleurer pour préserver tes nerfs pour le reste de la journée, etc…
    Ca me fait penser à une discussion que j’avais récemment avec un ami qui est à son compte et m’expliquait combien la vie de sa boîte lui prenait la tête jour et nuit, combien il faisait en sorte de faire fluctuer son investissement dans la société pour s’adapter aux besoins de sa famille et combien, avec tout ça en tête, ça lui paraissait accessoire quand sa femme (avec qui je suis aussi amie) l’engueulait le soir parce que ses chaussettes trainaient. Je comprends les 2 points de vue mais c’est intéressant quand chacun arrive à se mettre à la place de l’autre…
    Des bises, j’espère que vous trouverez un moyen de vous entendre (au sens propre) !

    • merci beaucoup ❤ je ne peux financièrement pas assurer mon boulot en dehors de chez moi sauf rdv évidemment, alors il va falloir s'entendre exactement. lister est une très bonne idée, merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s