Noël en pièce détaché

1418314567_635_3_regCette année, je ne ferai pas Noël en famille. Je le ferai en demi-famille. Cette année, je ferai Noël le 26 décembre avec mes bébés d’amour parce que le papa et moi on s’est séparés. Alors je m’apprête à vivre la première expérience de famille monoparentale de ma vie : être seule dans mon appart le 24 au soir et le 25 au midi.

Je n’ai jamais été très portée sur les dates et les conventions, mais étrangement, cette fois-ci, pour tout un tas de raisons idiotes, je sais que je pleurerais devant mon assiette. Je me suis prévue un film drôle et un menu calorique afin de ne pas accentuer mes sentiments d’échec. Je sais que je récupère les enfants juste après pour fêter (encore) le sapin et l’anniversaire de montoupetit avec Ma famille. Pour eux, ce sera peut être étrange, mais ils vont être 2 fois plus pourris gâtés : Non, je suis désolée, ça ne compense pas !

Et tu sais, même si ce n’est pas facile, je ne regrette rien. Cela me perturbe presque plus que tout le reste…

D’un coup je prends conscience de tout ce qu’ils auront et de tout ce qu’ils n’auront pas. De tout ce que j’ai eu comme repères (mes parents étant toujours ensembles) et que je ne pourrais leur offrir, en tout cas autrement. Mais je sais aussi toute la souffrance, la colère ou les angoisses que je ne leur transmettrais pas en sacrifiant ma vie pour un idéal familial bancal et invivable. Je prends conscience de toute la difficulté que c’est d’élever seule 2 enfants en bas âge tout en travaillant et je m’épate de toute cette énergie que je trouve. Je prends conscience du calme qui s’inscrit en moi petit à petit et qui faisait défaut lors de mes frustrations de couple. Du coup, je prends d’autant plus conscience de ces 2 petites éponges émotionnelles sur patte, qui malgré le manque de repère encore évident pour eux, sont de plus en plus posés, à l’écoute, sereins. A la fois avec moi, mais aussi avec leur mamie et leur papa.

Comme quoi, certaines décision douloureuses sont bénéfiques au plus grand nombre…

Je vois que je suis petit à petit différente. Que le regard des autres change et que je m’en carre l’oignon, que le discours de mes parents change et qu’enfin il est respectueux, que j’apprends à m’organiser et que je peux vraiment me faire confiance. Toute cette épreuve m’apprend à m’aimer et à être enfin vraiment dans Ma vie et mieux avec mes enfants. J’avoue que je n’aurai jamais cru cela possible. Je pensais vite regretter mon choix, par peur de la solitude, par fatigue et incapacité avec les enfants, par manque d’amour ou que sais-je. Non. Tout est mieux, plus simple, plus clair.

Alors cette ambivalence entre les schémas de société et mon bien être est parfois perturbant, mais finalement le bilan de l’année est fait : Tout va bien.

Publicités

4 réflexions sur “Noël en pièce détaché

  1. Les « schémas de société » comme tu dis sont bien relatifs. C’est surtout par rapport à ta propre éducation et représentation qu’il faut que tu juges le degré de « perturbation ».
    L’essentiel n’est-il pas d’être heureux ou d’essayer de l’être, non ?
    Si tu as trouvé ta voie, alors tant mieux. Il n’y a pas de but, il y a surtout un chemin.
    Passe de bonnes fêtes en tout cas (et non pas « quand même »…).
    Bises

  2. Avec toute cette sérénité acquise, ce nouvel équilibre qui te procure confiance et bien-être pour toute l’année, je ne doute pas de ta capacité à passer de très belles fêtes, même si bien sûr l’absence de tes petits loups le jour J ne sera pas des plus réjouissantes, j’en conviens bien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s