Le bonbon des champions !

Et un petit article culinaire pour donner du peps (même si on préfèrerait parfois que ça les assomme un peu…) à nos bambins rigolos.
Le matin, mon grand garçon ne mange rien, il prend 1/2 biberon et hop direction l’école. Il n’a envie de rien, il est comme ça mère, il n’arrive à avoir faim que 2h après le réveil. Et lorsque la faim arrive, là, il faut du carburant, du qui booste, du qui pète des étincelles dans le moteur !

Mais l’Atsem a écrit dans le cahier : « Il n’aime pas les fruits secs » … … Keuwoua? Mon fils n’aime pas les fruits secs?, c’est ce qu’on va voir !
J’ai donc entrepris de lui en faire manger en les présentant de façon sexy et acidulés : Succès total !
Et voici ce que ça donne…

2015-03-15 11.42.21
1- Mixer Les Pignons de pin, les noix de cajou et les graines de lin.
2- Mixer les abricots secs, les figues sèches et les raisins secs.

2015-03-15 11.42.34
3- Mélanger le tout en une pâte uniforme.

2015-03-15 11.44.422015-03-15 11.48.372015-03-15 11.51.53
4- Préparer des graines de sésames, des pépites de sucre ou du chocolat en poudre pour l’enrobage.

2015-03-15 11.46.102015-03-15 11.49.462015-03-15 11.53.10
5- Enrobez et moulez à la main.

2015-03-15 11.53.27
6- Laissez refroidir 1 heure pour que ça durcisse un peu et dégustez !

Ces petites friandises gourmandes et pleines d’énergie se conservent à peu près 4 jours au réfrigérateur.
Je les mets dans un sac congélation, dans le cartable de mon grand et là, plus personne ne peut dire : « Il n’aime pas les fruits secs » Namého !

Petite soupe improvisée…

Soupe-entreterremereIl était tard, il faisait faim.
J’ai ouvert le frigo et j’ai eu envie d’une soupe.

Depuis quelque temps, on a trouvé un maraicher qui nous fait des paniers à la semaine. On ne choisi pas ce qu’il y a dedans, on fait avec les fruits et les légumes de saison.
Le concept est génial, mais parfois, tu as des légumes dont tu ne sais pas quoi faire. Et ce soir là, il me restait quelques trucs qui ne me disaient rien.

Et puis, comme prise d’une inspiration incroyable, j’ai su que cette soupe allait être magique, délicate et délicieuse, une merveille !
L’homme n’en revenait pas comme elle ne ressemblait à rien (merci les feuilles de blette) et comme pourtant elle était bonne.
L’homme sait flatter, c’est évident :
« Ca ressemble à rien ton trucs là »
« Goûte, on sait jamais »
« Putain, c’est super bon ! »
« Tu vois… »

Alors au cas où toi aussi tu voudrais vider tes bacs à légumes d’hiver pour un plat trop bon de la mort, voici la recette :

Des feuilles de blette (à découper en petit morceaux)
Des champignons de Paris (à couper en tranches fines)
2 gousses d’ail (émincées)
Un reste de fenouil (émincé aussi)
Une barquette de lardons

Sel
Poivre
2 càc de Curry
2 càc de Pyrèthre d’Afrique

Commencer par faire revenir les blettes comme des épinards dans de l’huile d’olive. Puis ajouter l’eau et tous les autres ingrédients.
Servir chaud, manger le tout et quand il ne reste que le bouillon, vous pouvez finir avec un peu de sauce soja c’est à se damner !

Je m’en lèche encore les babines !

Câpres de Capucines

J’étais pensive dans le jardin à souffrir de la chaleur et je m’ennuyais terriblement.  Je regardais voleter les taons, j’écoutais piailler les enfants avec leur grand-mère, j’attendais que l’heure passe en transpirant le moins possible. Et je regardais avec délice et envie cette belle capucine enroulée autour de son piquet de bambou. Exaltant ses fleurs orangée au gout à la fois doux et piquant, ses feuilles si caractéristiques et ses graines en trio, je salivais un peu. Et j’ai eu envie de la bouffer tout en entier, cette belle plante ! Puis, calmant mes ardeurs, j’ai pensé que si les fleurs sont si goutteuses, si les feuilles sont si douces, les graines doivent probablement se cuisiner comme de petits cornichons et se déguster en salade.

J’ai eu envie d’en faire, là tout de suite et puis non, il faisait trop chaud.

Mais je suis revenue à l’assaut de cette fragile petite plante dès la fraicheur revenue et je l’ai déshabillée de ses fruits  avec délicatesse et suite dans les idées…

IMG_20130728_093349 IMG_20130728_093305

Ainsi,  une fois les graines ramassées, je les ai mises dans un plat et je les ai recouvertes de gros sel. Je les ai abandonnées là toute la nuit.

IMG_20130728_093840 IMG_20130728_093755

Au matin, j’ai consciencieusement nettoyé les graines de leur sel, ce qui est, avouons le, chiant à mourir, et je les ai disposés dans un bocal tout propre.

IMG_20130728_093713 IMG_20130728_093621

J’ai foncé au jardin pour prendre un peu de thym frais et de romarin, je me suis enivrée de ces odeurs si douces… et je les ai déposées dans le bocal avec mes graines.

IMG_20130728_093540 IMG_20130728_093506

J’ai ensuite préparé ma saumure : moitié eau, moitié vinaigre blanc. Mais comme il parait que les graines sont un peu amères et que le vinaigre ne risque pas d’arranger les choses, j’ai tenté une cuillère de miel dans ma saumure (je suis trop une fofolle) et j’ai porté le tout à ébullition.

IMG_20130728_093428-1

Là, j’ai versé la mixture encore bouillante dans le bocal et je l’ai fermé aussitôt. J’ai étiqueté le tout et je l’ai entreposé à l’abris de la lumière dans mon arrière cuisine :  Verdict dans 6 mois !

Mangez-en, c’est Cru !

Je te parlais il y a quelques jours que nous commencions doucement à manger cru. Parce que c’est bon pour le dedans de dans ton corps ! Mais pas seulement. On redécouvre des saveurs, des textures, et puis, l’été aidant, c’est plus facile de varier les plaisirs avec les crudités qu’en plein hiver avec les patates-navet-chou et les -10°C.

Bref, aujourd’hui, j’ai fais un plat facile, délicieux, beau et cru. Ca n’a pas vraiment révolutionné notre façon de manger, mais dans la tête on prend nos marques… et je te présente donc :

Mes courgettes farcies au tatare de saumon …

IMG_20130608_091314 IMG_20130608_091645

Prendre 4 belles courgettes rondes (Bio de préférence si tu veux manger la peau et tout pis tout) et les évider à la petite cuillère.

IMG_20130608_092218 IMG_20130608_093731

Choisir un citron dodu, préférer de la menthe fraiche (mais je n’avais que celle que j’ai fait sécher l’an dernier et ça a très bien fait l’affaire) et une toute petite gousse d’ail.
Presser le citron, écraser les feuilles de menthe et hacher l’ail : Mélanger le tout.

IMG_20130608_094233 IMG_20130608_094432

Choisir deux beaux filet de saumon (sauvage, cela va sans dire !!!) et lui ôter la peau.
Le hacher finement et y incorporer l’ail-citron-menthe préparé juste avant.

IMG_20130608_094912

Remplir les courgettes de ce délicieux tatare de saumon et réserver au réfrigérateur au moins 1 heure.

Quand on a dégusté ce plat à midi, on a juste trouvé que c’était une tuerie, les saveurs, la douceur du saumon avec le croquant de la courgette et le piquant de l’ail… Un vrai régal.

Dans nos assiettes, ne sont restés que les chapeaux ^^

Du riche pour les fêtes !

Quand je pense à Noël, j’en viens systématiquement à me prendre la tête pour savoir ce que je vais pouvoir faire comme gâteau qui fasse à la fois traditionnel mais sans un gramme de crème et sans tomber dans la bûche grasse que ma famille déteste…

Oui, c’est un vrai dilemme.
Alors j’avais pensé à quelques recettes de millefeuilles meringués et ganache au chocolat.
J’avais pensé à une bûche glacée composée uniquement de chocolat blanc et de chocolat au lait, léger et mousseux.
J’avais même pensé à un grand gâteau de muffins où tout serait axé sur la déco.

Et puis, je me suis souvenue d’une recette familiale, un gâteau à la fois festif et facile, rapide et impossible à rater, que l’on peut décorer comme on veut et qui plait à tous.

Les ingrédients :

Eau,
Extraits de vanille,
1 paquet de petits bruns,
1 boite de crème de marrons
2 plaquettes de chocolat.

Je ne connais pas le nom de ce gâteau mais je pense qu’il a été adapter partout et tout le temps, certains mettre du café à la place de la vanille, d’autres du rhum, certains remplacent la crème de marrons, par du beurre sucré, d’autres par de la confiture…

IMG_2411

Voici donc les ingrédients et comment procéder. On trempe (un aller-retour) le biscuit dans la vanille diluée à l’eau et on le pose dans le plat. Moi, je ne suis pas assez riche pour me payer un plat rectangulaire, mais si tu en as un c’est mieux visuellement 🙂

Une fois que tu as posé tes 4 biscuits côte à côte, tu déposes une grooooosse noix de crème de marron et tu refais une rangée de petits Brun !

IMG_2412 IMG_2413 IMG_2414

Une fois qu’il n’y a plus de biscuits dans le paquet, pas parce que tu as tout mangé mais parce que tu as tout bien disposé comme il faut, tu vas préparer ton nappage au chocolat. Alors oui, normalement le chocolat se fait fondre au bain marie pour qu’il garde tout son brillant. Mais moi je m’en fout. Donc, je met cequ’il reste de la tambouille eau+vanille et je casse mon chocolat directement dans la casserole.

IMG_2415 IMG_2416

Quand mon chocolat fondu est prêt, je fais mon nappage, délicatement car mes biscuits sont devenus mous et fragiles.

IMG_2417 IMG_2418

Suite à cela, je laisse au moins 2 heures au réfrigérateur.

Quand je le ressors, je peux le décorer comme je veux, pour Noël, mais là comme je l’ai fait juste pour le plaisir de te montrer tout ça, je vais le dévorer avec mes hommes ce soir…

 

Cèpe à bon?

J’aurai du te poster cet article avant la fin de la saison, mais j’étais trop occupée à te gâter avec mes copines 🙂 Donc, si cette recette t’intéresse, tu te la mets de côté pour l’année prochaine.

Aujourd’hui dons, je vais t’apprendre à faire des conserves de champignons, plus précisément de cèpes. Des conserves qui vont te permettre de les manger comme tu veux plus tard, baveux si tu les aimes baveux, grillés si tu les préfères plus secs, cuisinés en sauce avec un lapin… bref. D’abord, si comme moi tu as la chance d’avoir près de chez toi un bois qui foisonne de petites têtes beiges comestibles, tu vas passer presque tous tes week-end ou toutes tes matinées à traquer le chapeau. Et si tu as la chance comme nous d’en rapporter un jour 4 kilos et autant le lendemain, tu vas devoir choisir entre les distribuer aux voisins ou les conserver convenablement.

Nous en avons partagés avec nos petits vieux qui nous en ont apportés, pensant que les jeunes pousses comme nous étions trop abrutis occupés pour connaitre la nature et ses trésors (mouhaha) et nous leur en avons donnés en retour histoire de leur signifier que nous savions et les reconnaître et accessoirement, leur faire plaisir hein !

Petite description de ce qu’il faut faire pour conserver et manger des champignons toute l’année :

*D’abord, ramasser des champignons, sans se tromper et en quantité suffisante pour les conserver, les nettoyer soit au pinceau sec, soit avec un chiffon humide, mais les Cèpes ne se lavent pas ! et ils ne s’épluchent pas non plus !!!

 

*Une fois ce fastidieux travail de fait, car oui, c’est bien le plus chiant de tout ! Il reste à les couper en morceaux…

*Mettre alors une gamelle d’eau à chauffer et blanchir les champis (c’est-à-dire, attendre que l’eau se mette à bouillir, mettre les champignons dans l’eau et attendre de nouveau que l’eau se remette à bouillir.) Sortir et égoutter les champignons.

 

*Une fois arrivé là, mettre les champignons dans des bocaux, jusqu’à 1cm du bord, ajuster les caoutchoucs neufs et fermer les bocaux.

*Dans un stérilisateur (lessiveuse, cocotte minute, enfin, ce que tu as d’assez grand) faire bouillir de l’eau et plongez-y les bocaux. L’eau doit recouvrir les couvercles. Laisser bouillir 1h.

 

*Quand tout est terminé, il ne reste plus qu’à les stocker dans un endroit sec et frais à l’abris de la lumière et de les déguster au fur et à mesure pendant l’hiver en les faisant revenir à la poêle avec de l’ail et du persil… grrrmiam !

Pour info : Il n’existe rien de pire pour l’organisme humain que d’associer les oeufs avec les champignons. Aussi, abandonne cette idée reçue qui dit que les omelettes aux champignons, c’est ce qu’il y a de meilleur au monde, car il existe des plats bien plus savoureux et meilleurs pour la santé ! Cette combinaison alimentaire fatigue énormément l’organisme et le système digestif. Ce n’est pas la seule, il en existe beaucoup d’autres…

 

Le jour de la Betterave

C’est un peu comme le jour de la marmotte sauf que c’est pas pareils. La betterave, avant de la rencontrer dans les jardins je pensais que ça poussait sous vide en supermarché…
Mais non !!! rhooo ! enfin, toujours, j’ignorais complètement ses feuilles, sa façon de se cuisiner et tout le reste. L’ignorance betteravesque à l’état pur ! Alors, la première fois que j’en ai eut en main, sortie de terre, avec la racine qui gigote et la feuille arrogante, je me suis retrouvée un peu concon à ne pas savoir quoi en faire.

Depuis, je suis une pro de la Betterave, parce que j’adore ça, parce que ma belle-mère le sait et a semé la totalité du paquet de graines, parce qu’avec tout ça, je me retrouve à les cuire par paquet de 10… Et aujourd’hui, c’est le jour de la betterave : ramassage, nettoyage, préparation, cuisson, congélation.

Je te raconte comment on fait? Non? Bah si !

D’abord, tu t’armes d’un couteau et de tes betteraves. Tu leur coupes les feuilles en laissant à peu près 3 à 5 cm de tiges. Par contre tu ne coupes surtout pas les racines.
Les feuilles tu peux les donner à tes poules ou à tes lapins. Sinon, tu peux les cuisiner ou tout simplement les mettre au compost. A toi de voir.

 

Ensuite, tu les laves soigneusement et tu les empapillotes dans du papier d’alu en faisant bien attention de ne pas laisser de petit trou où le jus bien rose et bien tâchant pourrait s’écouler et te pourrir tout partout… Oui, c’est du vécu !

 

Une fois toutes tes belles betterave emmaillotées, hop au four pendant 1h thermostat 7…
Et on attend…
Et on attend…


Enfin 1h ça passe vite quand même et ça sent bon !
Finalement, après avoir laissé refroidir un peu, on récupère nos boules d’aluminium et on épluche. On coupe à chaque extrémité et on enlève la peau avec les doigts parce que ça vient tout seul !


Et pour finir, on laisse complètement refroidir, en couvrant pour protéger des mouches ou en mettant au réfrigérateur. Quand c’est bien froid, on peut les congeler entière ou en petits cubes, au choix.

J’aime particulièrement les cuire au four parce qu’elles gardent toute leur saveur et que la saveur, c’est bon !

Aller au boulot les mulots !