Je suis Inst’Accro !

Il y a un an (peut-être moins) j’ai découvert Instagram sur mon téléphone. Un peu curieuse, j’ai créé un compte. Puis, je l’ai supprimé. Peu de temps après, voyant mes amis Facebook Instagramer comme des foufous, j’ai décidé de re-créer un compte. Un compte pro pour alimenter ma page Fb pro et faire découvrir mon univers. Me plongeant un peu plus dans l’application, j’ai découvert un monde infini, un gouffre délirant, un tourbillon vertigineux qui t’imprègne et t’envahit, qui te ravis et t’amuse, tout ça en photos carrés minuscules.

Relayé sur Facebook ou Twitter, le monde entier te regarde et se montre, le monde entier t’épie par interconnexions discrètes. Tu retrouves des gens que tu avais oubliés ou perdus de vue depuis 20 ans, juste parce que tu as fait une recherche de mot clé bien ciblée. Tu t’en prends plein la vue par des photographes #Instaddicts, des vrais, des grands, des talentueux. Tu découvres que certaines maman blogueuses ont un vrai don pour la photo vintage ou pour la mise en scène crousti-choupi mais pas culcul. Et tu t’abonnes à des centaines de gens que tu ne connais pas et qui te font voyager, rêver, rire, saliver et péter de la paillette.

Voilà, je suis devenue une #Instaccro, une #Instafan, une #Instagirl !

Aujourd’hui j’apprends à bien utiliser les #tags, parce qu’apparemment, c’est aussi ce qui fait 80% de ta popularité (reste 20% pour le talent, c’est pas cher payé le mal qu’on se donne) et petit à petit je prends mon envol vers des pays improbables où les gens ne parlent même pas la même langue que moi ! Si tu y es et que je ne t’ai pas vue, laisse moi ton lien que j’aille voir ça ^^ Accro je te dis !

Et pour les amateurs de beau, de tendre et de doux, une petite liste (trop courte) de ceux que j’aime d’amour parce qu’ils savent me mettre des étoiles dans la tête

Instajournaliste Aditzt

Melletam Lindam44

Jn Cocolutandlime

James2231 Denisebovee

Adultère végétal.

Attention, l’image qui suit peut choquer la sensibilité des arbustes et des feuillages sensibles…

Parfois, tu te promènes dans une forêt, dans la nature sauvage où tout est calme et paisible. Tu oublies tes petits soucis et tu te ressource au contact de tant de verdure et d’énergie positive.

tu t’émerveilles en écoutant le bruit feutré de tes pas sur l’humus moelleux que le temps a soigneusement renouvelé depuis des milliers d’années. Tu t’étonnes de trouver ça et là des traces d’animaux que tu ne connais pas ou que tu connais trop bien. tu ris en voyant une souche d’arbre pleine de petites bestioles en effervescence.

Parfois même, tu crois reconnaitre dans une écorce, le visage d’un animal ou des trais humains, tu as même envie de prendre un arbre dans tes bras, pour en ressentir toute la force ! Tiens, là un petit terre plein baigné par le soleil, on croirait voir un jardin de fées, brillant, propre, baigné d’amour…

Tu laisses ton esprit s’égarer et tu te surprends à croire que toute chose a une vie propre qui t’échappe. Que peut être les fleurs et les arbres sont capable de sentiments, que même les pierres ont une âme ! soyons fous, tout est permis.

Tu te secoues un peu à cette idée saugrenue et là… bien cachés au coeur de la forêt… la preuve que même les arbres sont capable d’infidélité !

Celui-ci, on dirait qu’il profite que son binôme a le dos tourné pour voler un baiser à son voisin… ❤ haaaaaaa l’amour ^^

IMG_2299

Je postule !

Il y a quelques temps, ma copine Quick Steph me parlait du recrutement pour la Design Team pour Créavéa (ici)
Ce jour là, j’ai promis d’ participer. Ce jour là, j’ai commencé à me creuse la tête pour faire une création unique et originale, douce et technique (un peu) dans un domaine que j’aime et que je n’ai pas souvent montré de moi.

J’ai sorti tous mes petits bouts de tissus, j’ai fait marcher ma tête, j’ai sorti la sur-jeteuse et la machine à coudre, le fil et les rubans, le crayon et le papier et je me suis mise au boulot.
Moi, j’ai 2 garçon et pourtant, j’ai eu envie de faire une cousette pour une petite fille. J’en ferais une autre plus tard pour mon garçon, avec des tissus de robots et de voiture, des couleurs flashy vert, orange, jaune et gris. Bref, qu’est-ce que j’allais pouvoir faire pour ce concours Créavéa ?

Il existe au Guatémala des petites boites d’allumettes avec de minuscules poupées à l’intérieur. C’est l’idée de ces petites poupées qui me plait. La légende raconte, que ces petites choses sont là pour écouter tes soucis, tes tristesses, tes peurs et tes aventures. Le soir, avant de te coucher, tu prends autant de poupées que de soucis, à chacune le sien. Tu leur parles et tu leur demandes gentiment de bien vouloir démêler ces noeuds en toi pendant ton sommeil. Placées sous ton oreiller pendant la nuit, elles vont travailler à évacuer tes petits tracas.
Au matin, tout tu reprends tes poupées, tu les remercies et tu les ranges précieusement dans leur boite pour qu’elles se reposent à leur tour pendant la journée.

2013-04-30

J’ai donc fabriqué 7 poupées de tissus, dans un cocon de tissus polaire doux et moelleux, avec chacune son petit lit…

Voici donc un petit panorama des différentes étapes de la réalisation. Maintenant, les soucis n’ont qu’à bien se tenir !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’y ai passé du temps mais je me suis quand même bien éclatée à faire tout ça. Evidemment, c’est perfectible, les sourires des poupées me font un peu flipper, les cheveux pourraient être améliorés, la forme des poupées aussi, mais mon kit anti-soucis, il me plait beaucoup quand même, il est rigolo !

Alors j’avoue, je dois remercier Créavéa parce que sans leur concours challenge qui tue, j’aurais laissé se perdre ce petit projet dans ma tête. Il te reste 3 jours pour participer !

bandeau-Design-team-prolong

L’indécence !

h_9_ill_977138_bistouriL’indécence de la télévision m’exaspère. La bêtise aussi d’ailleurs.

Parce que mon Toupeti a des coliques, de terribles coliques qui ne le laissent pas dormir, qui ne NOUS laissent pas dormir, pas sans râler, pas sans couiner, pas sans pleurer et me forcer à le promener en écharpe en faisant les 100 pas dans la maison, je m’occupe l’esprit épuisé avec mon poste de télé.

Je zappe d’émissions intéressantes en conneries infâmes et je vomi l’indécence de la jeunesse qui rêve de perfection à travers un bistouri. Je me navre de ces filles, jolies, natures et simples aux complexes démesurés et sans fondement. Je m’indigne de ces parents qui cèdent à de jeunes post-ados à peine sortis de leur malaise existentiel et qui souhaitent voir leur physique se conformer à leurs idéaux sur papier glacé sans passer par l’effort de changement, sans passer par la volonté propre d’être soi, sans passer par l’acceptation de la douceur de la différence.

Et je m’agace et je m’énerve et je peste face à cette jeune fille, de 20 ans, fraîche et mignonne, qui fait succomber sa mère (ou plutôt son porte feuille) au caprice de la liposuccion et je m’interroge. Je m’interroge sur le malaise de cette femme quand la grossesse viendra déformer son corps comme il a tordu le mien, je me demande quelle opération fera l’affaire face aux distensions, aux kilos, aux douleurs après l’accouchement. Je me questionne sur ces vies déconnectées qui règlent leurs problèmes avec des anesthésies et des prothèses plutôt qu’avec des mots sur des maux…

Je regarde mon corps et ses deux enfants passés par là et je me dis que le malheur sera insurmontable si déjà deux petits bourrelets ridicules sont une telle épreuve à vivre. Et je les plains, ces gens. Je ne voudrais pas être dans leur peau.

Et dire que ça ose se ridiculiser en passant à la télé…

Vraiment, c’est indécent, je zappe !

Petite présence.

Je m’étais promise avant la fin de te poster une petite vidéo de ce qui me ballonne. J’ai eu un mal fou à le filmer, comme q’il sentait la présence de la caméra, il s’arrêtait de bouger dès que lançais l’enregistrement et reprenait le sport dès que je coupais…

J’ai quand même eu quelques moments furtifs, que je vous laisse là, c’est rapide, alors sois attentif !

Nocturna, la nuit magique.

Un film d’animation, sorti en 2007.

SynopsisDès l’instant où Tim, assis sur le toit de l’orphelinat, a vu Adhara sa minuscule étoile toute fragile tomber du ciel, il a senti que quelque chose ne tournait pas rond.
S’il ne s’était pas penché pour voir où elle était tombée, il n’aurait pas glissé du toit et n’aurait pas été secouru par le Berger et son incroyable horde de chats.
Dans le monde de Nocturna, une ribambelle de petites créatures travaillent pour faire de la nuit un endroit magique où tout est possible. L’arrivée inattendue de Tim et les rencontres qu’il fera tout au long de sa quête lui donneront-ils la force et le courage de surmonter sa peur du noir ?

J’ai vu ce film à sa sortie, parce que je suis une grande amatrice de films d’animation en tout genre depuis toujours. Mon âme d’enfant est encore très vivace…

J’ai adoré ce film ! parce que les dessins son à la fois drôles et émouvants, lumineux et expressifs. Parce que les dialogues ne sont pas gnangnan et ne prennent pas les enfants pour des crétins, parce que l’intrigue est prenante et bien ficelée.

Tout est rassemblé pour que les enfants et les parents vibrent ensemble, même si ce sont à des moments différents.

Est-ce que pour autant ça aide à ne plus avoir peur du noir? Je ne sais pas, je n’ai jamais eu peur du noir, seulement des monstres dans le placard et du chat qui traîne dans le couloir quand tu vas pisser. est-ce que les enfants saisissent toute la puissance des propos et des métaphores? je ne sais pas non plus, mais on s’en fout, parce qu’une fois que tu auras acheté ce dvd entre deux bob l’éponge, tu seras condamnée à le regarder 257 fois d’affilée et le soir au moment du coucher, tu pourras dire à ton petit qu’Adhara veille sur lui…

Et la Bande Annonce rien que pour toi !