Petite soupe improvisée…

Soupe-entreterremereIl était tard, il faisait faim.
J’ai ouvert le frigo et j’ai eu envie d’une soupe.

Depuis quelque temps, on a trouvé un maraicher qui nous fait des paniers à la semaine. On ne choisi pas ce qu’il y a dedans, on fait avec les fruits et les légumes de saison.
Le concept est génial, mais parfois, tu as des légumes dont tu ne sais pas quoi faire. Et ce soir là, il me restait quelques trucs qui ne me disaient rien.

Et puis, comme prise d’une inspiration incroyable, j’ai su que cette soupe allait être magique, délicate et délicieuse, une merveille !
L’homme n’en revenait pas comme elle ne ressemblait à rien (merci les feuilles de blette) et comme pourtant elle était bonne.
L’homme sait flatter, c’est évident :
« Ca ressemble à rien ton trucs là »
« Goûte, on sait jamais »
« Putain, c’est super bon ! »
« Tu vois… »

Alors au cas où toi aussi tu voudrais vider tes bacs à légumes d’hiver pour un plat trop bon de la mort, voici la recette :

Des feuilles de blette (à découper en petit morceaux)
Des champignons de Paris (à couper en tranches fines)
2 gousses d’ail (émincées)
Un reste de fenouil (émincé aussi)
Une barquette de lardons

Sel
Poivre
2 càc de Curry
2 càc de Pyrèthre d’Afrique

Commencer par faire revenir les blettes comme des épinards dans de l’huile d’olive. Puis ajouter l’eau et tous les autres ingrédients.
Servir chaud, manger le tout et quand il ne reste que le bouillon, vous pouvez finir avec un peu de sauce soja c’est à se damner !

Je m’en lèche encore les babines !

Publicités

Cèpe à bon?

J’aurai du te poster cet article avant la fin de la saison, mais j’étais trop occupée à te gâter avec mes copines 🙂 Donc, si cette recette t’intéresse, tu te la mets de côté pour l’année prochaine.

Aujourd’hui dons, je vais t’apprendre à faire des conserves de champignons, plus précisément de cèpes. Des conserves qui vont te permettre de les manger comme tu veux plus tard, baveux si tu les aimes baveux, grillés si tu les préfères plus secs, cuisinés en sauce avec un lapin… bref. D’abord, si comme moi tu as la chance d’avoir près de chez toi un bois qui foisonne de petites têtes beiges comestibles, tu vas passer presque tous tes week-end ou toutes tes matinées à traquer le chapeau. Et si tu as la chance comme nous d’en rapporter un jour 4 kilos et autant le lendemain, tu vas devoir choisir entre les distribuer aux voisins ou les conserver convenablement.

Nous en avons partagés avec nos petits vieux qui nous en ont apportés, pensant que les jeunes pousses comme nous étions trop abrutis occupés pour connaitre la nature et ses trésors (mouhaha) et nous leur en avons donnés en retour histoire de leur signifier que nous savions et les reconnaître et accessoirement, leur faire plaisir hein !

Petite description de ce qu’il faut faire pour conserver et manger des champignons toute l’année :

*D’abord, ramasser des champignons, sans se tromper et en quantité suffisante pour les conserver, les nettoyer soit au pinceau sec, soit avec un chiffon humide, mais les Cèpes ne se lavent pas ! et ils ne s’épluchent pas non plus !!!

 

*Une fois ce fastidieux travail de fait, car oui, c’est bien le plus chiant de tout ! Il reste à les couper en morceaux…

*Mettre alors une gamelle d’eau à chauffer et blanchir les champis (c’est-à-dire, attendre que l’eau se mette à bouillir, mettre les champignons dans l’eau et attendre de nouveau que l’eau se remette à bouillir.) Sortir et égoutter les champignons.

 

*Une fois arrivé là, mettre les champignons dans des bocaux, jusqu’à 1cm du bord, ajuster les caoutchoucs neufs et fermer les bocaux.

*Dans un stérilisateur (lessiveuse, cocotte minute, enfin, ce que tu as d’assez grand) faire bouillir de l’eau et plongez-y les bocaux. L’eau doit recouvrir les couvercles. Laisser bouillir 1h.

 

*Quand tout est terminé, il ne reste plus qu’à les stocker dans un endroit sec et frais à l’abris de la lumière et de les déguster au fur et à mesure pendant l’hiver en les faisant revenir à la poêle avec de l’ail et du persil… grrrmiam !

Pour info : Il n’existe rien de pire pour l’organisme humain que d’associer les oeufs avec les champignons. Aussi, abandonne cette idée reçue qui dit que les omelettes aux champignons, c’est ce qu’il y a de meilleur au monde, car il existe des plats bien plus savoureux et meilleurs pour la santé ! Cette combinaison alimentaire fatigue énormément l’organisme et le système digestif. Ce n’est pas la seule, il en existe beaucoup d’autres…

 

C’est le printemps, y’a du Champi !

C’est le printemps, ça prolifère… et la grossesse semble visiblement un bon terrain de jeu pour les champignons et autres manisfestations purulentes qui démangent (miam, t’en mangerais pas vrai?)

Mais voilà, inutile de se voiler la face, si la grossesse n’a pas (encore) réussie à me donner des hémoroïdes, elle m’a cependant gâtée en champignons (c’est l’effet campagne ça…) et plus précisément en Mycoses.

Mais comment est-ce possible?

J’avoue que j’ai été gâtée, 2 mycoses en 3 mois et un streptocoque B à traiter pendant l’accouchement… Ca nous a un peu effrayé d’ailleurs le coup du streptocoque B.

Qu’est-ce que c’est que ce truc qui débarque comme ça sans rien dire sur un résultat d’analyse et qui ne doit pas être transmis au bébé?

Alors là tu te dis « heureusement que BabyCenter est là, sinon tu mourrais complètement con du streptocoque ! » Parce que lorsque nous avons demandé au gynécologue ce que c’était, il nous a simplement répondu : « Ho c’est rien, on s’en fout en fait c’est très courant, on le traite pas sauf lors de l’accouchement car faut pas le transmettre au bébé. on vous donnera un antibiotique. »  Ha ben ça c’est de l’info !!!

Finalement, on voit la sage femme hier, je lui dit et montre les analyses, et on essaye une seconde information sur ce parasite qui se prélasse peinard dans mon vagin… « C’est pas grave, on vous mettra sous antibiotique à l’accouchement, y’a pas à s’inquiéter ! » … ok, botus et mouche cousue, on a compris ! « Par contre vous avez une vilaine mycose là… je vous mets un ovule. » Merci madame !

Donc, pour celles qui veulent savoir, courrez vous informer sur ce merveilleux site web qui sais rassurer les femmes aux hormones chancelantes : BabyCenter

Les streptocoques de groupe B (appelé aussi streptocoques AGALACTIAE) font partie des nombreuses bactéries qui vivent dans notre corps. Un adulte sur trois est porteur du streptocoque B dans ses intestins et un quart des femmes dans leur vagin. Ils ne posent généralement ni problèmes et symptômes. Cependant, dans de très rares cas, ces streptocoques peuvent être à l’origine de complications pour le nouveau-né ; la première semaine du bébé est particulièrement à risque face à cette infection.

____________________________________

____________________________________