C’est quoi l’apéro?

ne-pas-deranger-c-est-l-heure-de-l-apero_designAlors que je terminais mes courses rapides du vendredi soir dans mon supermarché préféré, je regarde les clients avant moi qui étalent sur le tapis l’étendu de leur caddie. J’aime bien voir ce que les autres achètent. Ils me rappellent que je suis une extra-terrestre dans ce monde consommant à outrance. Presque pas de Bio, presque pas de légumes ou fruits frais, des tonnes de barbac et des produits transformés, transformants… de la mort en boite. Mais je m’égare…

Aussi, je laissais courir mon regard sur ce tapis roulant et je vois ces bouteilles et ces gâteaux apéritifs qui se succèdent. Je me dis « Hoooo gros apéro les amis ! » et je souris.

Et puis, je regarde partout autour de moi et tous, ils ont de quoi faire l’apéro du vendredi soir, tous les âges, des couples jeunes et vieux, avec ou sans enfants. Et je me crispe. Depuis combien de temps n’ai-je pas acheté ce genre de produits? Mais dans mon esprit, ce n’est pas la vraie question. La vraie question qui me crispe c’est : Depuis combien de temps n’ai-je pas fait d’apéro? Même un apéro Végé avec des trucs qui croquent et qui sentent le fenouil? Même un semblant d’apéro avec du jus de betterave?

Je prends conscience que, depuis ma séparation, depuis que j’en chie je vis seule avec mes enfants, personne, oui, oui, PERSONNE de mes amis n’est venu me rendre visite. Ce nouvel appartement ne connait pas mes amis proches, ni mes amis d’enfance, ni mes amis lointains. Cela m’a beaucoup perturbé et alors j’ai compris cet immense sentiment de solitude qui m’habite depuis la séparation. Cette sensation d’être coupée du monde. Alors j’ai beaucoup bougé, j’ai fait des kilomètres et j’ai garnis les péages pour combler ce vide. Mais si jamais j’arrêtais de faire les trajets qu’est-ce qui se passerait? Si alors je n’avais plus les moyens financiers de sortir de ma campagne pour aller voir ceux que j’aime? Serai-je condamnée à moisir seule chez moi?

Finalement, je me suis rendue compte que j’avais une très grande aptitude au bonheur. Une belle richesse intérieure aussi, qui fait que je ne me sens jamais très seule très longtemps avec moi-même. Et j’ai béni mes enfants ! Grâce à eux, j’ai un peu de vie dans les jambes pendant 5 jours (Et 5 nuits…). Je me suis dit aussi que dans le fond ce n’est pas très grave, mais qu’il était peut-être temps de changer de vie, de ville et d’amis…

Alors ce soir, histoire de vivre ces 3 jours seule avec moi-même sans amis mais dans la joie, j’ai fait péter le Jus de Carotte et les bâtonnets de concombre ! Le tout devant TeenWolf, parce que moi, je kiffe les loup-garous prépuberts  ! Youpilou !

Publicités

Ma lettre au Père Noël

Cher petit papa Noël,

Il y a 9 mois, je t’ai commandé un bébé pour Noël. Tu ne devais pas être encore trop débordé et tu as accédé à ma demande sans aucune difficulté. C’était presque vexant de se dire que hop ça marche du premier coups, à croire que j’ai été drôlement sage ses dernières années pour que tu ne cherches même pas à me titiller la conscience. A moins qu’entre temps, pris du remord tu n’ais pris la forme de ma mère pour me cracher des horreurs à la gueule et faire de ces 3 premiers mois de grossesse une « Mauvaise nouvelle »…

Mais laissons cela de côté. Aujourd’hui, Noël approche à grand pas et tu es très probablement débordé à mettre en place tous tes cadeaux dans ton traîneau. Moi, mon cadeau, il cuit encore et même si effectivement, je te l’ai demandé pour Noël, à quelques jours près, je ne serais pas fâchée si, pour te décharger un peu tu acceptais de me l’offrir un peu plus tôt, voire même maintenant. Je ne suis pas rigide sur les dates, Noël c’est décembre, le 24 ou le 25 c’est juste pour la bouffe et la famille, non?

302706_ES6XXDCFZZ42BPIK3PPTWHWSE7FAEE_pere-noel_H160637_LIl y a que, si tu m’offres mon bébé de quelques 3kg couillus pour les fêtes de Noël, je ne pourrai pas voir mon grand garçon ouvrir son cadeau, manger des marrons et faire l’abeille avec son grand-père. Je ne pourrai pas voir son abruti de père (mal) déguisé en toi et faire « HoHoHo » en grimaçant pendant que mon fils se cachera les yeux avec ses petites mains en disant « apeur apeur »

Tu comprends, j’avais fais un mauvais calcul et mon ovulation est une connasse qui m’a joué un sale tour, alors comme je sais que tes pouvoirs sont immenses et que tu es un peu le Dieu du bolduc, si mon paquet pouvait pointer son nez une petite semaine avant le réveillons, je pourrai alors rentrer chez moi pile poil pour les festivités en famille.

Je te laisse réfléchir, mais fais vite quand même, il faudrait que je sorte le chapon du four au plus tard le 20 décembre… Dans 15 jours. Tu me dois bien ça, tu te souviens comme j’ai été sage?

Bisous Papa Noël et va pas t’enrhumer sur ton traîneau !